C’est une question que peu de suiveurs du cyclisme osaient se poser il y a quelques semaines. Or, à une semaine de l’arrivée du Tour de France, il semble légitime de se la poser. Cette question, la voici : Tony Gallopin peut-il finir dans les dix premiers de la Grande Boucle ? Car oui, si la victoire semble promise sauf accident au Britannique Chris Froome, les accessits sont loin d’être attribués et le coureur Essonnien pourrait en tirer son épingle du jeu.

Tour de France 2014 - Tony Gallopin

Jean-Christophe Péraud, Romain Bardet, Thibaut Pinot, Pierre Rolland, Warren Barguil… Les chances françaises pour le classement général du Tour de France 2015 se résumaient en partie à ces cinq noms. Pour les victoires d’étapes, outre les sprinteurs ou autres baroudeurs, les suiveurs du Tour de France pouvaient être en droit d’attendre de nouveaux exploits de la part de l’Essonnien Tony Gallopin. Vainqueur l’an passé à Oyonnax et porteur du maillot jaune une journée, ce solide puncheur s’inscrivait comme un possible « chasseur d’étapes ». Or, après deux semaines de course, le coureur originaire d’Angerville affiche un compteur de victoire encore vierge. Toutefois, on ne peut pas parler d’un Tour raté pour l’Essonnien, loin de là.

Un superbe début

En effet, depuis la première étape, Tony Gallopin n’a pas quitté les quinze premières places du classement général. Il a ainsi réalisé un superbe début de Tour, ressortant indemne d’une première semaine de course ponctuée par de nombreuses chutes. Mieux encore, le leader de la Lotto-Soudal s’est mué en un grimpeur lors du passage dans les Pyrénées. Alors que les Pinot, Bardet et Péraud ont tous sombré dans les premières étapes de montagne, l’Essonnien a constamment fini auprès des meilleurs. Rarement habitué à aussi bien figuré et à tenir aussi longtemps dans ces grands cols, Tony Gallopin est ressorti du massif montagneux en huitième position au général. Une première pour lui qui s’avouait quelque peu surpris de ses performances – mais surtout heureux – sur les réseaux sociaux. De quoi espérer un bon résultat pour la fin du Tour de France dimanche prochain pour le coureur de 27 ans, dont le meilleur résultat final reste une 29ème place obtenue en 2014 ?

Des chances minces, mais réelles

Au pic de sa forme, l’Angervillois semble bien armé pour décrocher une place dans les dix premiers de ce Tour très montagneux. Des places synonymes de régularité très courtisées par les grands leaders qui ne peuvent plus rêver de victoire ou de podium. Car oui, faire partie des dix premiers du Tour, c’est un gage de reconnaissance comme l’un des meilleurs coureurs cyclistes du monde et des plus complets dans la catégorie si particulière des courses par étapes.

Si la victoire finale semble promise à un indétrônable Christopher Froome, les places d’honneur restent encore à attribuer. Derrière le Britannique, seuls quelques coureurs ressortent du lot pour la course au podium, parmi lesquels Nairo Quintana, Alberto Contador ou encore Alejandro Valverde. Plus loin dans le classement, même si certains écarts semblent conséquents au premier regard, tout reste ouvert pour les places parmi les dix premiers du classement général. Et pour cause, la dernière semaine de course s’annonce des plus terribles. Pas moins de quatre étapes alpestres seront au programme est redessineront sans doute ce classement général.

Du courage, voilà ce qu’il faudra pour l’Essonnien. Ressorti fatigué des étapes dites « de transition », il occupe désormais la onzième place du classement général à 59 secondes de la dixième place détenue par un autre Français, Warren Barguil. En plus de devoir revenir sur ce dernier, il devra faire attention au retour de Romain Bardet qui retrouve de bonnes sensations depuis la sorties des Pyrénées. Autre interrogation de taille, son niveau de résistance dans les Alpes, un massif qui ne convient pas forcément à son profil de coureur. Même si le terrain lui est hostile, si les jambes répondent présentes, peut-être pourra-t-il s’accrocher aux basques des grands leaders jusqu’en fin de semaine et obtenir une place parmi les dix meilleurs coureurs de l’épreuve.