À l’Université Paris-Sud, des chercheurs du Laboratoire de Neuropharmacologie de la faculté de Pharmacie de l’Université Paris-Sud, viennent de découvrir une molécule capable de protéger du stress chronique, en collaboration avec une équipe de Columbia University (USA).

La Kétamine pourrait être la clé de la sérénité. Une poignée de chercheurs de l’Université Paris-Sud et de la Colombia University (USA) vient de découvrir que cette molécule aurait une vertu protectrice contre le stress chronique, responsable de nombreux maux pouvant aller jusqu’à la dépression. La Kétamine, communément utilisée comme anesthésique et analgésique pourrait ainsi servir d’antidépresseur. Administrée avant un stress chronique sur la souris, la molécule protégerait d’un comportement de type anxio/dépressif induit par le stress. Par ailleurs, l’effet de la Kétamine pourrait durer jusqu’à cinq semaines après injection. Une première, puisque l’administration chronique de fluoxétine, antidépresseur déjà commercialisé, ne protège pas des comportements de type anxio-dépressif chez la souris.

Dans un futur proche, cette découverte scientifique majeure pourrait notamment s’appliquer aux populations à risque, comme les soldats engagés sur le front, souvent victimes de stress post-traumatique.