Depuis un mois, le trafic est ralenti sur les lignes de la SNCF, qu’il s’agisse des grandes lignes ou du Transilien, à cause des fortes chaleurs. Explications.

Si vous êtes un usager régulier de la ligne C, vous l’avez certainement remarqué. Les trains, depuis quelque temps, roulent lentement. Un phénomène dû à la chaleur excessive qui frappe l’Ile-de-France.

Ainsi, la ligne C du RER est au ralenti depuis la matinée du mardi 30 juin, date à laquelle la température a dépassé les 35°C. Le motif, qu’il est possible de voir sur les panneaux d’affichage et par les biais d’information de la SNCF, est souvent le même : « Forts écarts de température nécessitant une surveillance spécifique des voies (risque de dilatation des rails). »
Ce vendredi 3 juillet n’a pas échappé à la règle. Trafic ralenti, trains supprimés, modifications de dessertes… La chaleur a également provoqué un certain nombre de petits incendies à proximité de quelques voies en Ile-de-France. « Ce sont des incidents que l’on ne peut pas prévoir, et nous devons attendre la fin de l’intervention des pompiers avant de faire reprendre le trafic. On dépend d’eux et on ne sait pas du tout combien de temps ça prend à chaque fois », explique Yves Ramette, directeur général Ile-de-France SNCF réseau.

La ligne D est un peu moins concernée par ces interruptions dues à la chaleur, mais elle connaît aussi ces derniers temps une multiplication des pannes et des problèmes techniques. Comment y remédier ?

Interrogé ce jeudi par France Info, Laurent Lautrey, reponsable régularité à la direction maintenance et travaux de la SNCF en Ile-de-France, explique que « La chaleur, comme le gel en hiver, provoque aussi des problèmes sur le réseau ferroviaire particulièrement dans les zones en travaux. »

« La chaleur accentue la dilatation du rail. Plus la dilatation est forte, plus il y a des chocs dynamiques qui sont apportés par les trains et donc plus les efforts sont importants au niveau de la voie. Ainsi, dans certaines phases de travaux ou de maintenance, on prend des mesures de réduction de vitesse pour diminuer les chocs dynamiques à l’intérieur du rail », précise Laurent Lautrey.

La chaleur peut aussi avoir un effet sur le les caténaires, dont font partie les câbles d’alimentation au dessus des voies. Or, ces câbles ont besoin d’être parfaitement rectilignes. Les températures extrêmes détendent la caténaire. Du coup, des poids sont en ce moment utilisés par la SNCF pour maintenir ces fils tendus.

Dès cet été, des travaux d’envergure sont prévus sur les lignes C, D, mais également A. Des mesures de modernisation des installations et de renforcement des infrastructures qui devraient, à terme, réduire ces désagréments.