Sa lutte contre les radars au feu rouge l’aura amené un peu plus loin que prévu. Ce jeudi, François Pelletant est convoqué au commissariat d’Arpajon pour être entendu dans le cadre d’un procès verbal pour « vol d’énergie » et « panneau non-réglementaire ». En plus du lancement d’une pétition pour faire retirer les radars au feu rouge au niveau de la RN20, l’élu avait fait poser un panneau lumineux pour alerter de leur présence.

Il s’était insurgé contre les radars au feu rouge présents dans sa ville au niveau de la RN20, mettant en ligne une pétition pour les faire retirer (lire notre article). Très soutenue par les internautes, et relayée par le collectif « Ligue de défense des conducteurs », elle a recueilli aujourd’hui plus de 50 000 signatures. Dans sa lutte contre ces radars qui auraient, selon lui, fait doubler le nombre d’accidents depuis leur installation, François Pelletant avait aussi fait installer un panneau lumineux pour prévenir de leur présence. Une initiative municipale qui le mène aujourd’hui devant la police. Ce jeudi matin, le maire de Linas est convoqué au commissariat d’Arpajon, soupçonné « d’avoir commis ou tenté de commettre l’infraction « vol d’énergie – pose d’un panneau non-réglementaire au code de la route. »

Joint par Essonne Info, l’élu s’est dit « surpris » de cette convocation, qui résulte d’une plainte de la préfecture. « C’était vraiment pour prévenir d’une zone de danger, justifie-t-il. Nous avons voulu alerter sur le radar, mais c’est surtout qu’on a constaté des accidents. Il s’agit d’un panneau réglementaire, il y a eu un arrêté municipal. C’est donc une mesure administrative à laquelle la préfecture a eu accès. Le préfet m’a écrit, et nous devions nous rencontrer. J’ai proposé des solutions alternatives, comme un feu avec un temps d’attente supplémentaire. Elles n’ont jamais été prises au sérieux. »

Au sujet de son audience, le maire de Linas n’est pas tendre : « On est aujourd’hui dans l’ère du tout judiciaire. C’est très humiliant. J’aurais aimé que des solutions soient trouvées, autres que la répression. »

Radars, Linas

Les radars au feu rouge que fustige le maire de Linas. (DM/EI)

« Le maire a apposé un panneau non réglementaire qui doit être impérativement retiré, explique de son côté la préfecture. Il est parfaitement au courant de cette irrégularité puisque cela lui a été signifié par écrit à plusieurs reprises. Son panneau n’étant pas officiel (prévu par le code de la route), il n’est pas assimilable à un panneau de signalisation, donc illégal et doit être retiré. Le maire n’a pas obtempéré.  La seule issue est donc désormais la verbalisation. Il aurait pu accepter l’apposition de panneaux existants, avertissant de dangers et notamment d’intersections à risque. »
Et au sujet d’une possible rencontre avec le préfet, la réponse est claire. « Il n’a jamais été prévu que Monsieur le Préfet rencontre le maire à ce sujet », précise la préfecture.

Une manifestation de soutien au maire est prévue ce jeudi matin devant le commissariat d’Arpajon, organisée par la Ligue de défense des conducteurs.