Ce vendredi 26 juin, la communauté d’agglomération Seine-Essonne a signé son contrat de ville. Un programme qui aura notamment pour but de terminer la rénovation urbaine.

Corbeil-Essonnes

66 réunions de travail entre juin 2014 et mai 2015, 53 rencontres et rendez-vous avec les différents partenaires, 8 assises communautaires institutionnelles, 4 assises communautaires associatives, une assemblée dite de restitution, en présence de plus de 150 partenaires réunis autour d’un diagnostic partagé et des objectifs opérationnels, voici la liste non exhaustive des différentes réunions qui auront été nécessaires à la composition du contrat de ville de la communauté d’agglomération Seine-Essonne. Après plus d’un an de travail, ce contrat qui est la base de travail qui détermine les actions que les différents acteurs de ces territoires vont mener en terme de rénovation, d’emploi, de cadre de vie ou de cohésion sociale, va ainsi aiguiller les actions de l’intercommunalité sur les cinq prochaines années. Fondé sur la cohésion sociale, ce programme est défini par sept orientations stratégiques qui « s’articulent autour de trois piliers : le cadre de vie, le renouvellement urbain, le développement de l’activité économique et de l’emploi », rappelle Jean-Pierre Bechter, maire de Corbeil-Essonnes et président de la communauté d’agglomération Seine-Essonne. L’agglo et la commune de Corbeil-Essonnes s’appuieront donc à mener à bien la rénovation urbaine engagée sur différents quartiers de la commune depuis près de cinq ans, comme ceux de La Nacelle, de Montconseil ou encore des Tarterêts.

Différents projets spécifiques seront mis en place comme le lancement de tables citoyennes dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Le maire a ainsi annoncé la création de la Maison « Cœur de Projet » aux Tarterêts, et la formation d’un Club Prévention. L’instauration de conseils citoyens dans les quartiers donne lieu à la création d’une maison du projet. A ce titre, les anciens locaux utilisés par la crèche collective des Galopins situés au 28–30 rue Gustave Courbet accueilleront la future Maison cœur de projet. Elle constituera une interface d’échéance entre la société civile et les acteurs institutionnels ou professionnels du territoire autour du projet de renouvellement urbain.