Des épreuves des JO en Essonne? Après le département, l’agglomération d’Evry formule le voeux de voir Paris accueillir les Jeux Olympiques en 2024. Les acteurs publics aimeraient ainsi que le projet de Grand stade de rugby à Ris-Orangis soit intégré à la candidature.

Le Grand stade serait placé au centre d'une continuité verte vers le Bois de Saint-Eutrope. (Crédit photo : l'AUC/CAECE)

Le Grand stade serait placé au centre d’une continuité verte vers le Bois de Saint-Eutrope. (Crédit photo : l’AUC/CAECE)

Paris s’est officiellement déclarée candidate pour accueillir les Jeux Olympiques 2024. Après des candidatures infructueuses pour 2008 ou encore 2012, la France repart en campagne pour convaincre les membres du Comité international olympiques, le CIO de choisir la ville lumière. Durant les deux prochaines années, l’équipe de candidature va affiner son projet, le chiffrer, puis le présenter en détail aux pays qui choisiront l’hôte de la compétition.

Dans sa première présentation du projet, Paris 2024 se veut ouvertement tournée vers le Grand Paris. La question des transports est ainsi centrale, et plusieurs sites olympiques doivent s’établir en proche-banlieue, notamment en Seine-Saint-Denis. Le vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines est aussi identifié. De son côté, l’Essonne ne fait pas partie de l’avant-projet, qui doit encore se préciser. Mais les élus manifestent leur intérêt à ce que des compétitions se déroulent dans le département.

C’est le cas du maire de Ris-Orangis Stéphane Raffalli, qui a écrit à la maire de Paris Anne Hidalgo, afin de lui faire part du soutien de sa commune à la candidature française. Il lui fait ainsi la proposition d’intégrer le futur stade de rugby de la FFR, prévu sur la commune, au projet. La semaine dernière, le conseil départemental délibérait dans ce sens, en votant une motion mettant en avant les équipements disponibles : « l’Essonne dispose de nombreux atouts pour accueillir une partie des épreuves, qu’il s’agisse du projet de Grand stade de rugby à Ris-Orangis, du grand Dôme de Villebon-sur-Yvette, du stade départemental Robert Bobin à Bondoufle, ou du Centre national de rugby à Marcoussis » indique François Durovray, le président de l’instance.

Ce lundi soir, c’est au tour de l’agglomération d’Evry de se prononcer en faveur du projet. La collectivité souhaite l’élargissement des sites olympiques déjà identifiées, et clame : « l’ensemble de la région francilienne doit exister et participer au rayonnement de cet événement international ». Pour ses responsables, le site de l’hippodrome de Ris-Orangis, qui doit voir s’édifier l’enceinte de la FFR, peut s’ajouter aux équipements choisis. « Les JO 2024 doivent pouvoir compter sur le Grand stade de rugby. Serait-il un instant envisageable que les Jeux Olympiques, organisés en France, à Paris, puissent se passer de ce qui constituera à terme la plus grande enceinte sportive de l’Ile-de-France (82 000 places) », justifie Francis Chouat, le président de l’agglo, qui dit regretter « que ces sites à fort potentiel ne soient pas aujourd’hui plus clairement identifiés ».

Le congrès annuel de la FFR, qui se réunissait samedi à Belfort, a également officialisé la candidature de la Fédération pour accueillir en France la Coupe du monde de rugby de 2023. Reste quelques années pour savoir si l’Essonne sera partie prenante de ces rendez-vous sportifs internationaux.