L’annulation de dernière minute du défilé de la Fierté à Montréal est attribuée à un « malentendu ».

MONTRÉAL – Des problèmes de communication et un malentendu ont été au cœur de la décision d’annuler le défilé de la Fierté de Montréal quelques heures avant le début prévu, selon un rapport récemment publié.

L’auteur du rapport, Philippe Schnobb, ancien directeur de la société de transport en commun de Montréal, a constaté que l’annulation de l’événement du 7 août a été annoncée à la hâte sans l’approbation du directeur général ou du conseil d’administration de l’organisme.

« Je conclus que le défilé a été annulé en raison d’un malentendu, après une série d’échanges chaotiques, causés par des problèmes de communication accentués par une réaction trop rapide de certaines personnes clés (…) et une réaction trop lente de la part de certaines autres », a-t-il écrit.

Schnobb est membre du conseil d’administration de la Fondation Émergence, un organisme à but non lucratif qui défend la communauté LGBTQ et qui organise la Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie. Il a été chargé par Fierté Montréal d’enquêter après l’annulation du défilé et de rédiger un rapport et des recommandations.

La chronologie des événements présentée dans son rapport montre que des membres anonymes du personnel se sont rendu compte vers 7 h 45 le 7 août que quelqu’un avait oublié d’engager les 96 agents de sécurité nécessaires pour le défilé qui devait avoir lieu plus tard dans la journée. Un « malentendu », dit-il, a fait que certaines personnes ont été informées peu après 8 heures que l’événement était annulé – avant que le directeur général de Fierté Montréal ne puisse arriver sur place pour prendre une décision officielle.

« Je conclus que certaines informations mal comprises et invalides transmises à l’extérieur ont conduit à l’annulation du défilé sans que personne en autorité n’ait officiellement pris la décision », peut-on lire dans le rapport.

Lire aussi:  Des groupes juifs dénoncent le prochain spectacle à Montréal d'un rappeur accusé d'antisémitisme

Lorsque le directeur général est arrivé, les volontaires avaient déjà été renvoyés, la police avait rouvert les rues et la nouvelle de l’annulation avait été annoncée dans les médias, ce qui ne lui a laissé d’autre choix que d’annoncer ce qui était déjà un « fait accompli », note le rapport.

Les organisateurs ont annoncé l’annulation vers 9 heures du matin le 7 août, invoquant des problèmes de sécurité dus au manque de volontaires pour l’événement.

La célébration annuelle de la culture LGBTQ devait attirer des dizaines de milliers de spectateurs et 12 000 participants. L’annulation soudaine a choqué le public et le maire de Montréal, qui a déclaré aux journalistes à l’époque que la ville serait intervenue pour aider à organiser l’événement le matin même si les responsables avaient été informés des problèmes de personnel.

Fierté Montréal a d’abord déclaré que la décision d’annuler le défilé avait été prise avec le soutien de la police municipale, mais les organisateurs ont été contraints de rectifier le tir après que la police eut déclaré qu’elle n’avait été informée qu’après coup.

Schnobb a noté que Fierté Montréal manquait de personnel et que les personnes clés étaient surchargées de travail avant l’événement, ce qui, selon lui, a pu contribuer aux erreurs et à l’absence d’embauche de personnel de sécurité. Alors que l’événement manquait légèrement de bénévoles, il a déclaré que le défilé aurait pu avoir lieu si le personnel avait été embauché.

Il a également noté que les postes de sécurité étaient censés être occupés par un mélange de travailleurs rémunérés et de volontaires portant le même titre, ce qui a entraîné une confusion autour de leur recrutement. M. Schnobb a également exprimé son inquiétude quant à la structure de Fierté Montréal, et il s’est demandé si le groupe – dans sa forme actuelle – peut exécuter correctement un événement majeur.

Lire aussi:  Élection au Québec : Les libéraux corrigent leur plateforme chiffrée après avoir sous-estimé la dette

Il a noté que de 2007 à 2022, le budget de l’organisation est passé de 140 000 $ à plus de 5 millions de dollars, sans aucun changement significatif dans la gouvernance. M. Schnobb a recommandé à Fierté Montréal de créer un plan d’urgence avec des étapes claires à suivre en cas de problème, de clarifier les rôles et les responsabilités au sein de l’organisation et de travailler avec un expert en gouvernance pour remanier sa structure.

Le directeur général de Fierté Montréal a déclaré dans un communiqué que l’organisation était déterminée à regagner la confiance du public et de la communauté qu’elle sert. « Mon équipe et moi allons poursuivre le travail de consolidation afin d’assurer le développement et le bon déroulement de toutes les activités du festival Fierté Montréal – dont, en premier lieu, l’événement phare qu’est le défilé de Fierté », a déclaré Simon Gamache.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a accueilli le rapport et a félicité Fierté Montréal d’avoir collaboré à l’enquête et d’avoir apporté des changements proactifs pour assurer le succès futur de l’un des plus grands événements de la ville.

Ce rapport de la EssonneInfo a été publié pour la première fois le 5 octobre 2022.

A propos de Fleury 3793 Articles
Auteure sur EssonneInfo

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*