Des enseignants du collège Delacroix de Draveil ont déposé un préavis de grève lors du brevet des collèges ces 25 et 26 juin. Ils protestent contre la fermeture d’une classe en section SEGPA.

Ce mardi 23 juin, quelques dizaines d’enseignants du collège Delacroix de Draveil manifestaient sous les grilles de l’inspection académique à Evry contre la fermeture brutale de la classe SEGPA (Section d’Enseignement Général et Professionnel Adapté) de leur établissement. La fermeture soudaine de cette section se fait au détriment des familles et des futurs élèves reçus et déjà inscrits au collège pour la rentrée 2015. Conséquence pour ces élèves : leur renvoi vers des SEGPA d’autres villes et établissements. Malgré l’obtention d’un rendez-vous avec l’Inspection jeudi 25 juin à 16h, les professeurs maintiennent pour le moment leur préavis de grève à jeudi et vendredi, risquant ainsi de bloquer le déroulement du brevet dans le collège Delacroix.

L’une des raisons évoquées par l’Inspection Académique pour la fermeture de cette classe est le nombre trop faible (une dizaine) d’élèves inscrits au collège Delacroix pour l’année scolaire 2015/2016. La structure de la SEGPA est totalement intégrée aux collèges. Elle accueille des élèves en grande difficulté scolaire et les effectifs y sont déjà plus légers que dans des classes ordinaires. Benoît Grisaud, professeur au collège Delacroix et représentant du mouvement, proteste « Ça n’a aucun sens de fermer cette classe. Au vue des difficultés qu’ont les élèves des classes SEGPA, un plus faible effectif est l’occasion de faire un travail dans des conditions bien meilleures que s’il étaient plus nombreux. » Martine Gueudré, chef de cabinet de l’Inspection Académique, affirme : « Une telle fusion est fréquente pour les SEGPA et ne nuit en rien à leur efficacité pédagogique. »

A la fin de la manifestation, les forces de police en rang pour empêcher les enseignants de bloquer à nouveau le passage. (CC/EI)

A la fin de la manifestation, les forces de police en rang pour empêcher les enseignants de bloquer à nouveau le passage. (CC/EI)

Dans l’espoir d’être reçus par l’Inspection Académique, les professeurs se sont installés devant le portail de la Direction des services départementaux de l’Education nationale de l’Essonne, bloquant ainsi le passage des voitures. La manifestation a pris la forme d’un sit-in jusqu’à ce que les forces de police soient appelées pour cause d’occupation du domaine public.

Le déroulement du brevet menacé ?

En plus de leurs revendications contre les postes non-remplacés ou supprimés, les classes surchargées et les moyens amputés depuis des années, les professeurs affirment avoir eu affaire à un mépris complet du personnel et des élèves de la part de l’Inspection : « Ils se sont montrés incapables de communiquer avec nous de la moindre façon. On n’a aucune nouvelle. Ils font la sourde oreille et ne répondent à aucun courrier. Ils nous traitent avec mépris » affirme un professeur. Le collectif d’enseignants a déposé vendredi 19 juin un préavis de grève. Etant donné le délai légal de 5 jours ouvrés à respecter pour que la grève soit effective, celle-ci coïncidera avec le début des épreuves du brevet ce jeudi 26 juin. Pour se faire entendre et parce qu’ils ne voient pas d’autre choix, ils sont déterminés à utiliser leur droit de grève le jour de l’épreuve.

L'inspection académique de l'Essonne. (CC/EI)

L’inspection académique de l’Essonne. (CC/EI)

Avant de partir, les manifestants ont obtenu de l’Inspection Académique la promesse d’un coup de téléphone avant la fin de la journée. Chose faite, le rendez-vous est pris jeudi à 16h avec l’Inspecteur d’Académie adjoint. Les enseignants espèrent la confirmation officielle du maintien de la classe SEGPA. Le nombre de grévistes du collège Eugène Delacroix serait apparemment largement suffisant pour bloquer les examens du brevet dans l’établissement, à la fois centre d’examen et de correction. Rien n’est toutefois garanti.

Article mis à jour à 14h, mercredi 24 juin