Depuis le 5 juin, la fusion entre les Peaux-Rouges d’Evry et les Jets de Viry est officielle et adoptée par les assemblées générales des deux clubs. L’occasion pour Essonne Info d’aller à la rencontre des présidents des deux structures, qui se sont battus pour cette fusion.

Ça y est, c’est fait. Après 4 ans d’entente entre les deux gros clubs de hockey du 91, les Jets de Viry et les Peaux-Rouges d’Evry sont passés à la vitesse supérieure en fusionnant complètement les deux structures. Cela donne naissance au plus gros club de hockey d’Île de France (et un des 5 plus gros en France) en terme de nombre de licences et de nombre d’équipes (460 licenciés pour 22 équipes, peut-être 23). « Nous sommes fiers et assez satisfaits du chemin parcouru jusqu’ici avec cette fusion. Elle donne énormément de perspectives que nous n’aurions pas eues si nous étions restés chacun de notre côté », affirme Bruno Melun, président du désormais ancien club des Jets de Viry.

Désormais, le club se nommera les Jets d’Evry Viry Centre Essonne, ou Evry Viry 91 si vous souhaitez simplifier. La marque « EV » est désormais officielle, les jeux de maillots ont été achetés, avec désormais le nouveau logo qui vient s’ajouter aux deux anciens logos des clubs. Et au vu de la solidarité qui règne entre les deux présidents lors de l’entretien, à la patinoire de Viry, cela ne fait aucun doute : ce projet de fusion est très costaud. Les deux hommes se sont battus pour que ce projet puisse voir le jour : « Il a fallu batailler, monter des dossiers de subventions auprès des collectivités locales, qui se sont d’ailleurs montrées très à l’écoute, étoffer le staff technique, faire des réunions pour convaincre les adhérents de l’importance de la fusion… Mais nous sommes très heureux de ce qui arrive. Nos deux clubs en avaient besoin » indique Grégory Gady, président des ex-Peaux-Rouges.

« Lorsque nous avons établi une entente, il y a 4 ans, beaucoup voyaient cela d’un mauvais œil, au sein du club, parmi les adhérents. Parce qu’il y a eu une rivalité Evry/Viry. Mais aujourd’hui, pour ce projet de fusion, presque tout le monde était d’accord. C’était la suite logique. Les collectivités, avec toute leur bonne volonté, elles ont de moins en moins d’argent elles aussi, donc si nous voulons retrouver de l’ambition au niveau sportif, il fallait qu’on se donne nous-mêmes les moyens de parvenir à nos objectifs. Et c’est ce qu’on fait, avec cette fusion » explique Bruno Melun. Cela permet à EV d’afficher un budget d’environ 420 000 euros pour l’année prochaine, de quoi entrevoir l’avenir plus sereinement.

Des ambitions sportives

Mais ce projet a surtout une dimension sportive. « Nous aurons une équipe en D2 et une autre en D3 l’année prochaine. Nous avons de grosses ambitions, même si aucun objectif n’est fixé à part celui de faire mieux que l’année précédente pour les deux équipes, et de faire le meilleur championnat possible. Nous voulons augmenter le niveau de l’équipe de D3, afin qu’elle puisse compléter l’équipe de D2 en cas de besoin, mais aussi qu’elle puisse accueillir un joueur titulaire de l’équipe première en méforme » annonce Gréogry Gady. Pas trop de pression, donc, puisque cette pression n’a pas joué en leur faveur lors de cette saison. Mais des ambitions affirmées tout de même. « Quand on commence un championnat, c’est forcément pour le gagner ». Imparable.

Cela passe par un staff amélioré. Sébastien Roujon continuera son travail avec l’équipe première, celle en D2, tandis que Franck Ferey, ancien coach des Tigres de l’ACBB (Boulogne) viendra prendre la tête de la deuxième équipe. Ce coach, assez jeune (la quarantaine), viendra assimiler de l’expérience auprès de Sebastien, avant pourquoi pas de prendre son envol. Les présidents espèrent ainsi combler la différence de niveau entre les deux équipes, afin que l’une et l’autre puisse se tirer vers le haut, puisque tout joueur de l’équipe B aura a cœur de démontrer qu’il peut jouer en A.

Cela passe aussi par le renouvellement de certains contrats (Lukas Zeman), et les départs de certains joueurs étrangers importants comme Teemou Huhtala. Un changement de politique est d’ailleurs souligné par les présidents des deux clubs : « Avant, les joueurs étrangers arrivaient pour un an, sans renouvellement… Soit ils se sur-motivaient pour partir dans un plus gros club, soit ils lâchaient et partaient à la fin de l’année. Aujourd’hui, ils seront renouvelés si leur état d’esprit est bon. Mais l’accent, plus que jamais, va être mis sur la formation ».

Place à la nouveauté

Les deux présidents affirment en effet que 70 % du budget sera accordé aux catégories junior. Selon eux, il n’y a que comme ça que l’on peut être sûr de construire un modèle viable sur le long terme, un peu comme l’Olympique Lyonnais en football, si on osait la comparaison. C’est Arnaud François qui s’occupera des U 13 et des U 15 l’année prochaine. Et avec 4 joueurs sélectionnés en équipe de France U18, Evry Viry réaffirme sa place de meilleur club formateur de France, même si, de l’aveux des deux présidents, ils faut accentuer dans ce domaine où les autres clubs progressent également très vite.

Les deux hommes espèrent créer une structure qui donne l’envie aux jeunes de rester et de progresser dans ce club. Presque toutes les catégories jeunes jouent dans les meilleures divisions nationales, ce qui est une excellente chose lorsqu’on veut redevenir un club majeur du hockey français. Les objectifs sont donc clair, rester compétitifs à tous les niveaux, dans toutes les catégories d’âge, pour créer un cercle vertueux. En espérant, bien sûr, que les supporters des deux villes soient au rendez-vous. Le club d’Evry Viry évoluera d’ailleurs dans les patinoires des deux villes, ce qui arrange bien les 22 équipes du club qui se seraient senties à l’étroit sur une seule piste.

Et enfin, pour pousser la nouveauté encore plus loin, le club ouvre également une équipe féminine, composée pour l’heure d’une quinzaine de joueuses (une dizaine d’autres seraient prêtes à venir s’y joindre). Mesdames, si vous voulez disputer l’année prochaine la Poule Nord Nationale Féminine, ne ratez pas l’occasion de faire partie d’une aventure nouvelle. Vous aurez de plus l’honneur d’être entraînées par Arnaud François. Une saison pleine d’espoirs pour le club d’Evry Viry, donc, qui semble bien parti pour faire parler de lui.