Tous les jeudis soir, à 21h, la taverne du Gambrinus située à Saint-Michel-sur-Orge organise ses fameux « Jeudis du Gambrinus » placés sous le signe de la musique avec de nombreux concerts au programme. Pour connaître la recette de ce succès grandissant, Essonne Info a rencontré les deux personnes à l’origine du concept : Laurent Besson, gérant de l’établissement, et son collègue musicien Cyril.

01

Tandis que certains passent leurs jeudis soir tranquillement à la maison, d’autres optent pour une soirée aux sonorités rock, ska ou encore reggae à la taverne du Gambrinus, du côté de Saint-Michel-sur-Orge. Avec près d’une centaine de concerts organisés tout au long de l’année, les « Jeudis du Gambrinus », tendent aujourd’hui à s’inscrire comme un rendez-vous incontournable sur le territoire dédié aux jeunes talents musicaux comme aux professionnels.

Pourtant, il y a onze ans, on était loin de ces soirées mythiques qui font la réputation de la taverne du Gambrinus comme l’explique Laurent Besson, gérant de l’établissement depuis onze ans à l’origine du concept : « Au départ, on faisait des concerts une fois par mois, mais c’était dans des conditions basiques. On poussait les tables, les gens arrivaient avec leur matos et ils jouaient sur le carrelage ». Ce n’est qu’à l’arrivée de Cyril, musicien de longue date, dans l’équipe du Gambrinus en 2008 que les « jeudis du Gambrinus » prennent une autre tournure, plus professionnelle. Au fur et à mesure, la taverne investit dans de nouveaux moyens techniques, se créer un  réseau, installe une scène et développe sa programmation pour présenter chaque jeudi des talents de l’Essonne et de la France entière…

Sur la route

Et pour le Gambrinus, le choix du jeudi n’a jamais été le fruit du hasard. « Le jeudi, ça permet d’avoir non seulement des groupes qui sont en tournée en Ile-de-France, avec des dates le vendredi ou le samedi, mais aussi des groupes qui traversent la France entière du nord au sud et qui font une pause sur leur route au Gambrinus. À ce moment-là, on les accueille. Nous n’avons pas des moyens considérables puisque nous ne recevons pas de subventions, mais ça permet au moins de payer leur frais de route et leur frais fixes, ça reste intéressant pour eux », explique le gérant de la taverne.

Mais les « Jeudis du Gambrinus », c’est aussi un redoutable atout pour augmenter l’affluence en semaine. « Comme tous les pubs, le vendredi et le samedi, on travaille très bien, mais la semaine c’est plus compliqué. Depuis la création des « Jeudis du Gambrinus », on travaille aussi bien le jeudi que le week-end avec une ambiance un peu différente. Le jeudi, les gens sont debout, c’est dansant, on se rencontre un peu plus et ça donne une ambiance plus sympa. Très conviviale. », détaille Laurent Besson.

 « Faut que ça joue ! »

Avec près de 4 à 5 demandes par jour, la condition pour être retenu et remporter son ticket pour un show de 2h est simple : « Faut que ça joue ! », comme le dit si bien Cyril, musicien et membre de l’équipe du Gambrinus, en charge de la sélection. « On a beaucoup de demandes. Du coup, on essaye d’avoir une certaine cohérence dans la programmation. Il y a des choses qu’il faut donc éliminer, parce que ça ne cadre pas, parce qu’il nous faut 2h de spectacle. On ne prend donc généralement que des professionnels », indique Cyril, bassiste de Jah on Slide, Chemempa et Smokin’fuzz. Intransigeant, il lui suffit de regarder 30 secondes de live d’un groupe pour voir « si ça joue ou pas ».

Et tandis que la programmation est d’ores et déjà bouclée pour le premier trimestre de la rentrée, il reste encore deux jeudis de concerts pour terminer en beauté la beauté cette saison musicale avant une petite pause estivale bien méritée. À l’affiche de ce jeudi 18 juin, deux groupes essonniens, Harold et La Clé de sous-sol. Et pour le dernier jeudi du mois de juin, le Gambrinus laissera carte blanche à Guerilla Poubelle et Garage Lopez.

Pour vous tenir au courant de l’actualité musicale de la taverne du Gambrinus, rendez-vous sur leur page Facebook.