Une semaine après son report pour envahissement de la salle, un nouveau conseil municipal se réunit ce mercredi soir à Savigny-sur-Orge. Une flopée d’opposants y est attendue pour maintenir la pression sur le maire contre ses coupes budgétaires.

« Il va y avoir du sport » préviennent des membres du collectif « Sauvons l’enfance à Savigny », pour le conseil municipal de la commune prévu ce mercredi soir. Car après une séance plus que houleuse la semaine passée, ce qui a entraîné son report, une myriade d’opposants à la municipalité doit à nouveau se retrouver dès 20h30 à la salle des conseils de la mairie. Il faut dire que la grogne ne faiblit pas, voire s’élargie, depuis le vote du budget le 13 avril dernier (lire notre article). Dans une énorme confusion et malgré les protestations de la salle, le maire et sa majorité avaient adopté de fortes coupes dans les dépenses : fermeture de la crèche familiale, du centre de vacances vendéen La Savinière, suppression de la subvention à la MJC ou encore arrêt des activités ‘sport-vacances », pour ne citer que les mesures les plus symboliques. Depuis, une véritable fronde s’organise en ville, et des collectifs de parents, salariés des structures et citoyens multiplient les actions en ville. Rendez-vous réguliers en mairie pour se faire entendre, rassemblements lors d’événements publics comme la brocante ou un concert, marches en ville avec musique et banderole se sont organisés. Savigny n’aura jamais connu autant d’effervessence en l’espace de quelques semaines.

Une MJC de taille réduite

Dernière en date dans le milieu culturel, un festival de soutien à la MJC qui s’est déroulé le week-end dernier. Groupes locaux et démonstrations de multiples disciplines d’art ont fait de ces deux jours un grand moment de solidarité autour de cet équipement vieux de 50 ans. Il s’agissait également de récolter des fonds, puisque la structure a décidé lors de son AG de « continuer à minima » à la rentrée. Malgré la fin de sa subvention, la Maison des jeunes et de la culture bénéficiera toujours des locaux et des personnels de la ville, qui s’est aussi engagée à continuer de financer un poste de directeur. Les animateurs et permanents vont partir, mais « le but du jeu, ce sera que les bénévoles participent plus pour que le lieu vive ». Certains ateliers devraient aussi continuer à fonctionner si ils « s’autofinancent » précise-t-on à la MJC. « On n’a pas bougé la dessus, on maintient ces postes, ils sont bien inscrits au budget » commente Eric Mehlhorn, le maire (LR) de la commune. Celui-ci ne compte pas revenir sur les décisions d’opérer des coupes drastiques dans les secteurs enfance et culture de la ville.

« Il va falloir que cela cesse »

La procédure en référée initiée par ses opposants n’ayant pas aboutie (lire notre article), Eric Mehlhorn se voit conforté sur le plan légal dans sa démarche. Il veut passer à autre chose et que l’ensemble de l’ordre du jour puisse être étudié lors de cette séance. « Le dernier conseil a été le catalyseur de différents rejets, j’entends leurs revendications, mais le conseil municipal est un organe démocratique, on ne peut pas empêcher le débat, il va donc falloir que cela cesse ». Il fait ainsi référence aux Saviniens présents en masse le 10 juin dernier. Le collectif est venu en nombre assister au conseil. Il y avait aussi des salariés de la Savinière présents sur place, rejoints par des habitants de Grand Vaux en colère contre leurs conditions de vie et les violences. Au final, plusieurs interruptions de séance et des élus sous les huées et des cris nourris n’ont pas pu tenir leur séance. « On souhaite cette fois-ci que ça se passe dans la sérénité » indique Eric Mehlhorn, « d’autant plus que nous votons le contrat de ville ». La suite lors de ce conseil.