Votes au Québec : Dominique Anglade conserve son siège, les libéraux restent dans l’opposition officielle

MONTRÉAL – La chef du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, a été réélue dans sa circonscription lundi soir, et son parti a conservé le statut d’opposition officielle à l’Assemblée législative.

Mais l’élection provinciale québécoise n’a pas vu de retour en force des libéraux, dont le pourcentage du vote populaire est tombé à moins des deux tiers de ce qu’il était en 2018.

Dans un discours de concession, Anglade – la première femme de couleur à diriger le parti – a tenu à dire que ses libéraux s’efforceraient de représenter les citoyens de toutes les origines ethniques. Elle a déclaré en anglais : « Nous représenterons tous les Québécois de toutes les origines ».

Elle a ajouté qu’il était « clair », d’après les résultats du vote, que les Québécois demandaient aux libéraux de former une opposition forte. Mais peu avant 23 heures lundi soir, les libéraux se trouvaient en quatrième position dans le vote populaire, à environ 14 pour cent, derrière Québec solidaire et le Parti Québécois.

Le nombre de sièges des libéraux sera toutefois disproportionnellement plus élevé que celui de ces deux partis, en grande partie parce que le parti d’Anglade a dominé dans ses bastions traditionnels de Montréal, où se trouvent les circonscriptions les plus diversifiées sur le plan culturel de la province.

Le PQ et le nouveau Parti conservateur du Québec, qui était en voie de remporter environ 13 % des voix mais peu susceptible de remporter des sièges, étaient les plus forts dans les circonscriptions finalement remportées par la CAQ.

Le chef du Parti conservateur, Éric Duhaime, a déclaré dans son propre discours :  » Au moment où je vous parle, nous avons exactement le même nombre de voix que le Parti libéral du Québec, mais il manque 20 élus quand on compare un parti à l’autre. « 

Lire aussi:  Une famille intente un procès de 2,7 millions de dollars suite au décès d'une femme autochtone dans un hôpital québécois

Il a appelé cela la « distorsion démocratique du siècle ».

Le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a quant à lui déclaré que les résultats reflètent un système électoral  » brisé « . À 23 h 15, avec 15 % des voix, Québec solidaire disposait de 10 sièges.

« Notre démocratie est malade et la carte électorale de ce soir ne reflète pas la volonté politique des Québécois », a-t-il déclaré.

Malgré l’efficacité de leur vote, les libéraux ont connu une mauvaise soirée. Bien que le parti ait conservé son statut d’opposition officielle, il a perdu des sièges au profit d’une majorité largement élargie de la Coalition Avenir Québec. Les libéraux avaient remporté 31 sièges avec un peu moins de 25 % des voix en 2018.

Anglade, 48 ans, détient la circonscription de Montréal St-Henri-Ste-Anne depuis 2015, et les libéraux n’ont jamais perdu le siège depuis sa création dans les années 1990. Mais on s’attendait à une course serrée dans sa circonscription, et peu après 23 h, elle était en voie de l’emporter avec une avance de moins de 10 points de pourcentage. Le candidat de QS est arrivé en deuxième position.

Ingénieur et fille d’universitaires haïtiens ayant immigré à Montréal, Mme Anglade est devenue chef du parti en mai 2020. Bien qu’elle ait mené les libéraux à un résultat décevant lundi, elle avait déclaré avant le vote qu’elle avait l’intention de rester à la tête du parti, quel que soit le résultat. Dans son discours, elle n’a fait aucune allusion à une démission.

Une centaine de partisans se sont rassemblés lundi soir au théâtre Corona dans la circonscription d’Anglade, discutant, buvant et semblant être de bonne humeur malgré le fait que les médias aient annoncé une victoire décisive de la CAQ environ 10 minutes après la fermeture des bureaux de vote.

Lire aussi:  Un organisme de défense des droits du Québec enquête sur le cas d'un adolescent inuk qui aurait été placé en isolement et privé de soins.

Pour Juliana Galindo, 27 ans, c’était une bonne soirée. Un libéral a été élu dans la circonscription de Montréal où elle vit. Mais le résultat global est décevant, dit-elle. Les valeurs de la CAQ ne correspondent pas aux siennes, et les récents commentaires du premier ministre François Legault sur l’immigration étaient  » décevants « , dit-elle.

Pendant la campagne, M. Legault a lié l’immigration à la  » violence  » et à l' » extrémisme « , et il a laissé entendre qu’il serait  » suicidaire  » pour le Québec d’accepter plus de 50 000 nouveaux arrivants par année.

Christopher Baenninger était le candidat libéral qui a défié le poids lourd de QS, Manon Massé, dans la circonscription montréalaise de Ste-Marie-St-Jacques. « Nous surpassons nos attentes, même si je suis médaille d’argent », a-t-il déclaré, expliquant que les libéraux étaient censés arriver en quatrième position dans sa circonscription. Au lieu de cela, ils ont obtenu une solide deuxième place – bien que Massé ait gagné haut la main.

M. Baenninger a déclaré que la CAQ a  » enlevé tout l’oxygène de l’air « , ajoutant que l’émergence d’autres partis a divisé le vote libéral. Mais il a dit qu’il a bon espoir que les libéraux seront une voix forte d’opposition contre ce qu’il a appelé le désir de Legault de « punir » les immigrants plutôt que de les faire venir au bercail.

Ce reportage de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 3 octobre 2022.

A propos de Fleury 3696 Articles
Auteure sur EssonneInfo

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*