Faits divers : Un regard sur François Legault, le premier ministre réélu du Québec

QUÉBEC – Un ancien dirigeant de compagnie aérienne et ministre du Parti Québécois qui a pris le pouvoir en promettant que le Québec dépasserait le débat sur la souveraineté a remporté un second mandat en tant que premier ministre provincial.

François Legault et sa Coalition Avenir Québec ont obtenu un gouvernement majoritaire lundi, le résultat étant clair moins d’une demi-heure après la fermeture des bureaux de vote.

M. Legault, 65 ans, a fait campagne sur une promesse de continuité – se présentant comme un défenseur de la langue française, soulignant les bons résultats économiques de la province au cours des dernières années et promettant de remettre de l’argent dans les poches des Québécois.

Son parti a pris le pouvoir en 2018, devenant le premier parti autre que le PQ ou les libéraux québécois à gouverner la province depuis plus de 50 ans.

Né dans la banlieue de Montréal, à Ste-Anne-de-Bellevue, Legault a travaillé comme comptable avant de cofonder Air Transat en 1986. Il y restera jusqu’en 1997, avant d’entrer en politique l’année suivante en tant que membre du Parti Québécois souverainiste.

Nommé ministre de l’Industrie par le premier ministre de l’époque, Lucien Bouchard, deux mois avant les élections de 1998, M. Legault a par la suite occupé les portefeuilles clés de l’Éducation et de la Santé.

Il s’est retiré de la politique en 2009, moins de six mois après avoir été réélu, mais deux ans plus tard, il était de retour, à la tête d’un parti qu’il a cofondé, la Coalition Avenir Québec.

La CAQ a cherché à rassembler d’anciens partisans libéraux et péquistes en mettant l’accent sur le développement de l’économie et des services publics de la province, tout en promettant de ne pas tenir de référendum sur la souveraineté.

Lire aussi:  Les Canadiens de Montréal concluent un accord avec RBC pour être le premier partenaire officiel des maillots de match

Dans un message Facebook adressé aux électeurs à la veille du vote, M. Legault a parlé de sa « passion » pour le Québec et de son inquiétude pour « l’avenir de notre nation, de notre langue, de notre culture et de nos valeurs communes ». Son parti, a-t-il dit, est le seul à pouvoir rassembler les nationalistes québécois.

« Il est important d’avoir un gouvernement nationaliste à Québec », a-t-il dit.

Ce reportage de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 3 octobre 2022.

A propos de Fleury 3603 Articles
Auteure sur EssonneInfo

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*