Mercredi 13 mai, dès 8h, les parents d’élèves sont appelés à se mobiliser devant l’école élémentaire de Bruyères-le-Châtel. En cause, l’insécurité routière qui menace les enfants de cette école, située au bord d’une rue très passante.

C’est un sentiment de ras-le-bol qui a poussé ces parents à organiser une manifestation mercredi 13 mai devant les portes de l’école de Bruyères-le-Châtel, place André Simon. Cela fait plusieurs mois maintenant qu’ils demandent à la mairie un moyen pour que les enfants puissent être en sécurité aux abords de l’école.

En effet, les routes tout autour de l’établissement sont les plus fréquentées de la ville. Et ces routes sont larges, ce qui fait qu’on y voit souvent des gens rouler beaucoup trop vite, voire même y griller les feux rouges. Plusieurs enfants ont déjà manqué de se faire écraser à la sortie, selon les dire des parents : « L’école est sur la place du village, l’endroit le plus fréquenté. Même pour les adultes, c’est dangereux car les excès de vitesse autour de cet endroit sont monnaie courante. Pour l’instant il n’y a pas eu de drames, et on espère faire changer les choses avant que ça n’arrive », nous affirme Sylvia, mère d’une élève de l’école.

Cette situation n’est pas nouvelle. Mais, récemment, l’application du plan Vigipirate a fait prendre conscience de ce problème, qui s’est accentué : « Jusqu’en janvier, les parents avaient le droit de rentrer dans l’enceinte de l’école, pour accompagner les enfants. Aujourd’hui ce n’est plus le cas, ce qui fait que les parents et les élèves s’amassent sur les trottoirs au bord de la route, ce qui rend la circulation encore plus menaçante », rajoute Sylvia.

« L’agent municipal a été remplacé par un feu rouge »

Ce que les parents demandent, c’est donc un moyen de ralentir la circulation aux alentours de cet endroit. Sandy, mère d’une élève de CE2, et membre de l’association des Parents d’Elèves Indépendants, est à l’origine de cette mobilisation : « Ce qu’on veut, c’est que la mairie envoie un employé municipal pour faire la circulation, le matin et le soir. Ou qu’elle fabrique des ralentisseurs, mais ça n’est pas facile car cela pourrait poser des problèmes aux bus scolaires ».

De son côté, le maire Thierry Rouyer affirme que, si le risque zéro n’existe pas, « tout est mis en œuvre pour garantir la sécurité des enfants. L’agent municipal a été remplacé par un feu rouge, où les élèves peuvent appuyer sur un bouton pour traverser. La gendarmerie passe régulièrement, donc quand on me parle d’excès de vitesse, je pense qu’il ne doit pas y en avoir tant que ça. Et les rares que j’ai pu constater étaient faits par des parents d’élèves… ».

Le maire ajoute que construire des ralentisseurs alors même que l’école va déménager près de l’Eglise dès la fin des travaux « serait une perte d’argent ». De plus, aucuns incidents, même mineurs, ne lui aura été rapporté. Enfin, la mairie ne peut pas se permettre d’engager un agent municipal pour la circulation. Celui-ci devrait être présent toute la journée, puisque des enfants circulent matin, midi et soir aux abords de l’école.

La manifestation se tiendra mercredi 13 mai à partir de 8h du matin devant l’école de Bruyères-le-Châtel.