Le scrutin des cantonales a conforté la majorité de gauche au sein de l’assemblée départementale. Fortes de 26 élus sur 42, les différentes sensibilités de gauche éliront Jérôme Guedj jeudi, comme président du Conseil général de l’Essonne.

  • Photo : Les Conseillers généraux socialistes, Carlos Da Silva, Jérôme Guedj et Michel Berson lors de l’annonce des résultats à l’assemblée départementale.

Debout sur une table à l’arrière de l’assemblée départementale, les socialistes et leurs partenaires de gauche fêtent leur victoire. Il est minuit, et les nouveaux élus, notamment, entrent sous les applaudissements de l’audience. A la tribune, Carlos Da Silva, le secrétaire de la fédération PS essonnienne, se tient aux cotés de Michel Berson et de Jérôme Guedj. L’actuel et le prochain président du Conseil général se félicitent de la victoire sans commune mesure obtenue par la gauche dans le département.

Avec 26 élus sur 42, la majorité progresse encore, et s’enrichit pour les trois ans à venir. « C’est un chiffre jamais atteint » se félicite Michel Berson, qui souligne son inquiétude face à des essonniens « qui ont exprimé leur malaise avec l’abstention et le vote Front National » . Jérôme Guedj souligne lui « la sincérité de notre engagement et la clarté de nos positions » pour une majorité de gauche qui « se consolide, se renouvelle et se rajeunit » .

La question de l’exécutif départemental reste à trancher

Une page se tournera jeudi, avec le passage de témoins entre l’encore actuel président Michel Berson, et son dauphin désigné lors d’une primaire interne aux socialistes, Jérôme Guedj. Au cours de la séance d’installation du nouveau Conseil général, il sera sans surprise élu par ses pairs à la tête du département.

L’incertitude demeure quant à l’organisation du futur exécutif départemental. Ce jeudi seront élus les différents vice-présidents du Conseil général, avec leurs délégations respectives. Nul doute que ces choix feront l’objet de tractations entre les différentes composantes de la majorité de gauche. Si une majorité de délégations devraient être remises aux socialistes, plus grande force de l’assemblée, leurs alliés du Front de Gauche, et peut-être le nouvel élu écologiste, revendiqueront plusieurs postes de vice-présidents.

Des discussions devraient s’entamer dans les états-majors des partis de la gauche essonnienne dès ce lundi.