Indicateurs COVID-19 en hausse au Québec, mais il est trop tôt pour parler de nouvelle vague : santé publique

QUÉBEC – Les nouvelles infections au COVID-19 et les hospitalisations liées à cette maladie sont en hausse au Québec, ce qui a incité la province à rendre le vaccin contre la grippe disponible plus tôt que d’habitude afin de protéger les personnes vulnérables contre les deux virus.

À partir du 5 octobre, les personnes âgées et les autres résidents à risque pourront se faire vacciner gratuitement contre la grippe dans les cliniques et les pharmacies et pourront se faire vacciner en même temps que le COVID-19, a déclaré le directeur de la santé publique, le Dr Luc Boileau, aux journalistes à Québec.

« La grippe, comme beaucoup d’autres virus, n’est pas quelque chose que nous devons prendre à la légère », a déclaré M. Boileau. « Il y a beaucoup de gens qui ont eu une grippe brutale et qui ont souffert, et chaque année, beaucoup d’entre eux meurent. C’est une maladie grave ».

Mais malgré la hausse des indicateurs COVID-19, M. Boileau a déclaré qu’il est trop tôt pour déclarer que le Québec est entré dans une nouvelle vague. Et sur une note positive, il a ajouté que le retour à l’école a déclenché une « très faible » transmission du COVID-19. Moins de 6 000 infections ont été signalées jusqu’à présent dans les écoles, a-t-il ajouté.

Pendant ce temps, un institut provincial de recherche sur la santé prévoit que les nouvelles infections et hospitalisations liées au COVID-19 vont continuer à augmenter au cours des deux prochaines semaines.

L’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux a déclaré que du 17 au 23 septembre, les hospitalisations liées au COVID-19 ont augmenté de six pour cent par rapport à la semaine précédente. Il prévoit que d’ici deux semaines, le nombre de nouvelles hospitalisations quotidiennes liées au COVID-19 atteindra 125. Jeudi, les responsables de la santé ont signalé 44 hospitalisations supplémentaires liées au COVID-19, pour un total de 1 663.

Lire aussi:  Un Canadien est accusé de terrorisme dans le cadre d'un prétendu coup d'État contre le président haïtien

Depuis que le gouvernement a lancé sa dernière campagne de vaccination contre le COVID-19 à l’échelle de la province le 15 août, il a administré 800 000 doses aux Québécois âgés de 18 ans et plus, ont indiqué les responsables. Soixante-neuf pour cent des personnes vivant dans des foyers de soins de longue durée ont reçu une injection de rappel au cours des cinq derniers mois, mais ce chiffre tombe à 16 pour cent pour les personnes âgées de 40 à 59 ans et à sept pour cent pour les personnes âgées de 18 à 39 ans.

M. Boileau ne s’inquiète pas du fait que les taux de vaccination ne soient pas plus élevés. Les jeunes, a-t-il dit, ne ressentent pas le besoin de se faire vacciner ou ont récemment eu le COVID-19, ajoutant que les risques de complications graves sont très faibles pour eux. Les personnes plus âgées, a-t-il ajouté, notamment les plus vulnérables, se font protéger.

« Nous constatons que les personnes à risque se font vacciner, mais oui, nous aimerions que ces chiffres soient plus élevés », a-t-il déclaré.

Ce rapport de la EssonneInfo a été publié pour la première fois le 29 septembre 2022.

A propos de Fleury 3603 Articles
Auteure sur EssonneInfo

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*