Le 18 mai prochain, l’Hôpital Sud Francilien devrait appliquer une nouvelle mesure budgétaire dans le cadre de son Plan de Retour à l’Équilibre Financier. La suppression de la troisième équipe de nuit du SMUR de Corbeil permettrait ainsi de diminuer le déficit budgétaire de l’hôpital évalué à 22,9 millions d’euros début 2015.

CHSF - SMUR

C’est un véritable dialogue de sourds qui s’installe entre le CHSF et le SMUR de Corbeil-Essonnes. Alors que ce dernier attend de connaître l’avis du CHSCT (comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail) le 28 avril prochain concernant la mesure de suppression de la troisième équipe de nuit, la direction de l’Hôpital Sud Francilien justifie sa décision et assure que la population essonnienne ne sera en aucun cas impactée par cette mesure budgétaire. Sans compter que ce projet, en plus des mesures déjà appliquées en début d’année devrait permettre de réduire le déficit de 8 millions d’euros.

Un projet basé sur les statistiques

« Le dispositif actuellement en vigueur demeurera inchangé en période diurne, correspondant aux plages d’interventions les plus chargées, avec 8 équipes en activité. En revanche, la période de nuit profonde, entre minuit et 8 heures, pourrait faire appel à 7 équipes et non plus 8 afin de tenir compte d’une activité nettement moins importante à ces heures », explique la direction.

Pour cause, ce projet s’appuie sur les statistiques d’activité du SMUR. En période de nuit profonde (minuit – 8 heures du matin), selon les chiffres d’activité de 2014, le nombre moyen d’interventions du SMUR de Corbeil est inférieur à 2 et le nombre annuel total d’interventions de la troisième équipe est très inférieur à 10. L’expérimentation lancée prochainement permettra donc de valider si la couverture sanitaire est suffisante avec 7 équipes et non plus 8 au niveau départemental.

Une activité répercutée sur les autres équipes du SMUR et sur le Sdis

La direction générale le certifie. Des liens de coopérations formalisés existent bel et bien avec le Service Départemental d’Incendie et de Secours de l’Essonne – les pompiers essonniens (par convention appliquée depuis le 1er janvier 2007). Ces liens de coopération sont par ailleurs actifs avec les 5 autres SMUR départementaux, conformément aux dispositions du Plan stratégique de santé régional 2011 – 2016 qui encourage une régulation « véritablement articulée et décloisonnée des acteurs de l’urgence ». Les SMUR d’Orsay, Longjumeau, Juvisy, Arpajon et Étampes ainsi que le Sdis prendront donc le relais en cas de besoin.

La population essonnienne ne devrait donc pas subir les conséquences de cette décision. Et pour ce qui est des ambulanciers du SMUR de Corbeil-Essonnes, la direction tient à rappeler que cette mesure budgétaire sera prise à titre « expérimental » pour une période de six mois et donne l’assurance aux ambulanciers d’une « possible remise en question de la mesure si l’essai n’est pas concluant ».