Quel cheminement le long de la Seine? Notre fleuve offre un certain nombre de voies ouvertes à la balade à pied ou à vélo, notamment du côté de Draveil où une passerelle a été ouverte. Mais certains passages restent inaccessibles.

Carte Vélo

Quel cheminement le long des berges de Seine? (OpenStreetMap/visuel Essonne Info)

Ce mardi matin, un nouveau passage le long de la Seine a été inauguré. C’est sur une emprise située sur la commune de Draveil, qui appartient à l’Agence des espaces verts (AEV) de la Région, qu’un chemin rénové a été aménagé, avec une nouvelle passerelle enjambant l’entrée de la Fosse aux Carpes. Ce site composé d’anciennes sablières est devenu une réserve naturelle où se développent notamment certaines espèces d’oiseaux.

Avec ce nouveau franchissement, c’est une certaine forme de continuité qui est retrouvée sur cette partie des berges de la rive-droite de la Seine. Longue de 38 mètres et pesant quelques 66 tonnes, cette passerelle de la Fosse aux Carpes offre également « un excellent poste d’observation sur le site naturel » se réjouit l’architecte de l’ouvrage Thierry Laverne. Mais il s’agit surtout d’un passage supplémentaire rendu aux piétons et vélos le long de leur fleuve, alors que se situe un peu plus au nord la base de loisirs du Port aux cerises.

Plus au sud cependant, le cheminement s’arrête, toujours sur la commune de Draveil, avec le passage dit de l’Orme des Mazières, non accessible aux piétons. Puis un second site appartenant à l’AEV, le Bois Chardon, doit encore être aménagé. Pour obtenir à terme une continuité piétonne complète le long de cette rive-droite? « Oui, ça serait bien à terme » confirme Olivier Thomas, le président de l’agence régionale et maire de Marcoussis, « pour le moment on a des sortes de pointillés, que nous cherchons à relier petit à petit ».

La continuité recherchée

Pour l’élu, la question des liaisons douces en zone urbaine est centrale, et la Seine offre « le meilleur chemin possible ». « Ce serait formidable d’aller le long du fleuve jusqu’à Paris » ajoute Olivier Thomas. Pour le moment, avec l’ouverture du passage de la Fosse aux Carpes, le cheminement possible s’améliore, et l’AEV dispose d’un projet « dans les cartons » concernant le Bois Chardon. Mais il faudra « obtenir un passage à l’Orme des Mazières » pour une totale continuité au bord de Seine, avec un site qui est géré de manière privée (voir la carte ci-dessus).

Rive-droite toujours, le cheminement continue au sud jusqu’à Corbeil-Essonnes, avec des passages aménagés le long des berges qui offrent des points de vue uniques, à proximité immédiate des villes mais dans des cadres privilégiés et préservés. De nombreux Essonniens le savent et en profitent en ces périodes où le soleil revient, on les retrouve ainsi nombreux à profiter de ces balades au bord de l’eau. Passé Corbeil, et un cadre urbain, le cheminement reprend son cours au sud le long de Saintry et Morsang-sur-Seine, avec l’écluse, pour un tracé piéton qui permet de profiter au maximum des berges.

Rive-gauche, le cheminement existe également, même si la balade est beaucoup plus urbaine et contient plusieurs passages le long d’axes routiers. La balade reste cependant assez verte au sud de Corbeil, ainsi qu’entre Evry et Ris-Orangis, ce qui permet de profiter tout de même pleinement des berges de la Seine. Certains endroits sont peu à peu aménagés, à l’image des environs de Grand Bourg où des pontons sont installés, permettant de profitant pleinement des bords de l’eau.