Le binôme conduit par Dominique Echaroux est favori pour remporter dimanche le canton de Dourdan. Il a vaincu dans un premier tour fratricide son rival Christian Schoettl. La gauche avec Maryvonne Boquet et Bernard Vera conserve tout de même un espoir.

Ils seront au moins d’accord sur une chose : la campagne fut « rude » clament presque en cœur Dominique Echaroux et Christian Schoettl. Le premier tour de ces Départementales sur le canton de Dourdan avait tout d’une primaire à droite. Et la lutte que se sont livrés les deux prétendants risque de laisser des traces. Attaques croisés par tracts et blog interposés, accusations de pressions… et finalement un vainqueur, le conseiller général sortant et ancien maire de Roinville. Dominique Echaroux se dit « satisfait » d’être qualifié au second tour, et pense que « mathématiquement, avec les reports de voix, les 500 voix d’écarts sont facilement rattrapable ». Le binôme de gauche réalise 6594 voix (29%), contre 6019 (26,47%) pour celui de droite (les résultats du 1er tour en détail). « La logique est que ce canton qui avait trois sortants de droite reste à droite » avance-t-il.

Concernant son adversaire du premier tour, le favori du second tour entend tourner la page : « c’est du passé désormais, je lui avais dit de ne pas se présenter. Nous sommes maintenant unis avec le soutien de l’UDI et du MoDem ». De son côté, Christian Schoettl se félicite tout de même de son « bon score, sans aucun soutien de partis » (il totalise 5253 voix soit 23,10%). Pour le second tour, le maire de Janvry ne donne par ailleurs pas de consigne de vote : « je suis de ceux qui considèrent que les électeurs sont intelligents. On n’est pas propriétaires de nos voix ». Selon lui, sa candidature a rassemblé des personnes « qui ont fait un choix non-partisan ».

Quelles réserves de voix?

De toute façon pour Christian Schoettl, Dominique Echaroux devrait gagner dimanche soir. A gauche, on espère pourtant contrer ce schéma, bien que Maryvonne Boquet analyse la configuration de manière peu favorable : « quand on regarde de près les chiffres, on voit qu’une victoire de la gauche n’est pas possible. Mais il y une possibilité, un espoir de voir mon binôme l’emporter. Dominique Echaroux n’a pas reçu le soutien de Christian Schoettl pour le second tour ». Même incertitude selon elle concernant le comportement des électeurs du FN. « Se rabattront-ils en masse derrière la candidature de Dominique Echaroux? » se demande la maire de Dourdan. Elle s’est donc donné comme priorité cette semaine « d’aller chercher les abstentionnistes » pour faire la différence.

Arrivé quatrième avec 5172 voix (22,75%), le FN François Hélie avait envisagé ce cas de figure : « on pensait à un scrutin très serré entre les quatre listes. C’est ce qu’il s’est produit ». Le candidat se félicite d’avoir dépassé les 30% dans les communes autour d’Etrechy, là où il est conseiller municipal, ce qui démontre selon lui « que le travail que nous faisons est fait et bien fait, et cela confirme notre implantation sur le territoire ». Entre les deux listes qualifiées, François Helie qui ne donne pas de consigne de vote, ne voit pas de favori : « c’est vraiment difficile de faire ressortir un vainqueur ».