Pour le second tour, les Essonniens votants sur les cantons de Mennecy et d’Arpajon auront le choix entre trois binômes. Zoom sur ces cas particuliers.

Etant donné la configuration du scrutin, beaucoup les excluaient de leurs plans. Pourtant, elles seront au nombre de deux sur le département. « Elles », ce sont les triangulaires. Pour rappel, pour se maintenir au second tour, deux cas de figure. Faire partie des deux premiers binômes sur le canton, ou bien obtenir les suffrages de 12,5% des votants. Cette condition a finalement été remplie par deux duos. L’un sur le canton de Mennecy, l’autre sur celui d’Arpajon.

Match retour serré à Arpajon ?

Avec quatre listes sur la grille de départ, le canton d’Arpajon se retrouve donc avec trois binômes pour le second tour. En tête, les candidats UMP-UDI Dominique Bougraud et Alexandre Touzet ont récolté pas moins de 32,96% des votes. Soit à peine 200 voix de plus que le conseiller général sortant, le socialiste Pascal Fournier (31,80%). Un écart déjà extrêmement faible entre les deux listes qui verront le maintien de la liste d’Alain Buffle et de Catherine Morin. Les candidats frontistes ont ainsi réussi à se maintenir avec 26,91% des voix.

Le rapport de force pourrait néanmoins basculé au prochain tour. Si le FN et l’alliance de droite ne bénéficient pas d’un réservoir de voix, le PS pourrait cependant en récupérer grâce à la liste Front de Gauche éliminée au premier tour. Annie Dailly et Alexandre Fels ont recueilli 8,32% des suffrages. Avec leur élimination, une partie de leur électorat se redirigera-t-il vers la liste de Pascal Fournier et de Nicole Perrier ?

On reprend les mêmes et on recommence

Avec Viry-Châtillon, Mennecy était le canton qui possédait le moins de binômes dès le premier tour avec seulement trois duos. Eh bien pour le second tour, rebelote ! Patrick Imbert et Caroline Parâtre pour l’UMP, Valérie Girard et Julien Schénardi pour le FN et Marie-France Lasfargues et Patrick Polverelli pour EELV seront de nouveau dans les startings-blocks pour le second tour. Et cela s’est joué de peu. Si pour l’UMP et le FN, tout s’est relativement bien déroulé, puisqu’ils finissent respectivement à près de 40% et 33%, la liste soutenue par la majorité sortante n’est pas passée loin de la correctionnelle avec 27,09% des voix, soit un total de 12,69% des inscrits.

On reprend donc les mêmes et on recommence. Il ne reste plus qu’à savoir si la tendance du 22 mars sera de nouveau d’actualité dimanche prochain.