Avant le premier tour des élections départementales fixé au 22 mars, Essonne Info vous propose de découvrir les 21 cantons plus dans le détail. Aujourd’hui, zoom sur les forces en présence du canton de Draveil.

01

Il est l’un des moins peuplés de l’Essonne, pourtant il sera celui sur lequel il y a le plus de candidatures. Ce canton, c’est celui de Draveil. En tout, six listes se présentent aux choix des électeurs. Six parmi lesquelles les candidats communistes Jean-Pierre Sauvage et Fabienne Bellay, qui partiront contre le binôme de la majorité sortante constitué de l’écologiste Jean-Marc Pasquet et de la socialiste Rachida Ferhat. Cependant, suite à une affaire de pédophilie, Jean-Pierre Sauvage s’est vu retirer son investiture du Parti communiste.

Outre cette division à gauche, les binômes de droite seront présents en nombre. Comme dans la totalité des cantons, des candidats frontistes Évelyne Diet et Cédric Giraud seront de la partie.

La conseillère général sortante Florence Fernandez de Ruidiaz ne se représentant pas, c’est Aurélie Gros qui prend place sur la ligne de départ. Celle qui est soutenue par l’UMP, l’UDI et le MoDem fait équipe avec le président de la fédération UMP 91, Georges Tron. Le maire de Draveil pourrait être un candidat sérieux à droite en cas de victoire à la présidence du Conseil départemental.

Toutefois, dans sa quête du Conseil départemental, le candidat investi par l’alliance de droite souffre de son « actualité judiciaire ». Renvoyé aux assises en fin d’année dans l’affaire des plaintes de ses ex-collaboratrices pour viol et agressions, le candidat essuie ainsi les différentes attaques de ses opposants. Un binôme composé de Dominique Leuliet et Fabienne Sorolla vient ainsi de s’immiscer dans la bataille avec pour objectif de contrer le maire de Draveil.

Outre ce binôme intitulé « contre les violences faites aux femmes », le canton de Draveil est le théâtre de l’affrontement entre deux forces, l’UMP et DLF. Cette rivalité éclate au grand jour avec la candidature du beau-frère de Marine Le Pen pour ces élections soutenu par Nicolas Dupont-Aignan. Philippe Olivier porte ainsi les couleurs de Debout la France avec l’ancienne députée européenne, Anne-Christine Poisson. De quoi apporter encore plus de piment à une élection qui n’en demandait pas tant.