La mobilisation pour sauver le cinéma Arcel semble payer. Le Maire de Corbeil-Essonnes annonce la création d’une commission extra-municipale, chargée de réfléchir aux différents scénarios possibles.

  • Photo : Le halle d’entrée du plus vieux cinéma de l’Essonne, l’Arcel à Corbeil-Essonnes

L’ampleur de la mobilisation des clients et des salariés de l’Arcel, pour sauver le plus vieux cinéma de l’Essonne, semble avoir porté ses fruits. Le passage des intentions en actes semble de mise à Corbeil-Essonnes. Dans un courrier, le maire (UMP) de la commune, Jean-Pierre Bechter, annonce la mise en place d’un « groupe de travail pour explorer et évaluer les scénarios » de relance du cinéma.

Sous la tutelle du premier adjoint au maire en charge de la culture, Jean-Michel Fritz, cette commission « va réunir des élus – de la majorité et de l’opposition -, des professionnels de la culture, des enseignants et des personnalités issues du monde associatif corbeil-essonnois », précise une note d’information. Installée lors du prochain Conseil municipal de Corbeil-Essonnes, qui devrait se tenir le mercredi 30 mars, la commission devra rendre à la fin avril ses conclusions sur les différents scénarios possibles pour le maintien de l’activité.

Propriétaire des murs du cinéma, il « appartiendra (…) à la communauté d’agglomération (…) de retenir la solution correspondant à l’offre culturelle la plus en phase avec les attentes du publics et la plus pérenne », conclue la même note.