Avant le premier tour des élections départementales fixé au 22 mars, Essonne Info vous propose de découvrir les 21 cantons plus dans le détail. Aujourd’hui, zoom sur les forces en présence du canton de Corbeil-Essonnes.

03

Il y a des endroits où la droite et la gauche se présenteront divisées à la veille du premier tour. Le canton de Corbeil-Essonnes en est certainement le plus bel exemple. À gauche, le conseiller général sortant, vice-président du Conseil général Bruno Piriou repart à la conquête d’un nouveau mandat. Or, cela se fait sans le soutien de la majorité sortante. Celui qui est entré à l’Assemblée départementale en 1998 est également parti en marge des partis, puisqu’il est à la tête d’un mouvement citoyen, autour de l’association du Printemps de Corbeil-Essonnes, née pour les dernières élections municipales. Aux côtés de son binôme Saliha Barkat, il croisera donc sur son chemin au Conseil général les nouveaux candidats soutenus par la majorité sortante. Il s’agit d’ailleurs d’un ticket écolo-socialiste. Le conseiller régional écologiste forme un binôme avec la socialiste Marie-Hélène Bacon pour ces élections.

À droite, la donne est quasi similaire. Xavier Dugoin, ancien président du Conseil général de 1988 à 1998 est reparti pour un nouveau mandat à la tête du Département. Non soutenu ni part l’UDI ni par l’UMP, celui qui est candidat avec Anissa Leroy se heurte à une autre candidature cette fois-ci soutenue par l’UMP. Il s’agit de celle réunissant le maire de Corbeil-Essonnes, Jean-Pierre Bechter et Caroline Varin. Mais l’actualité pourrait changer la donne. Cette candidature en effet a été marquée cette semaine par l’enquête préliminaire qui vise Serge Dassault, ancien maire de Corbeil et suppléant de ce binôme. Il est notamment soupçonné d’avoir omis de déclarer à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique plusieurs comptes à l’étranger.

Enfin, le cinquième binôme est étiqueté FN. Mi-mars, la députée frontiste Marion Maréchal-Le Pen était en déplacement à Corbeil-Essonnes pour soutenir le duo Sophie Legoff et Gabriel Caillet. Une venue très encadrée qui avait nécessité la fermeture d’une partie de l’avenue Sadi Carnot à hauteur du stade de la ville. Bref, le premier tour fera des dégâts.