Il a ébloui le jury de « The Voice », mais aussi des millions de téléspectateurs en France et dans le monde, avec sa reprise en lingala de « One day » d’Asaf Avidan. Ce samedi, Alvy Zamé, 25 ans, a confirmé qu’il avait sa place dans le télé-crochet de TF1, en remportant les fameuses battles. Epaulé par sa coach Zazie, sûr de lui mais les pieds sur terre, il revient sur son parcours, sa passion pour la musique et son aventure « The Voice ».

01

On est en Jordanie, en 2011. Alvy Zamé, qui est alors militaire dans l’armée française, chante pour son régiment. Sur une idée de son colonel : « Il m’a proposé de faire une surprise à la troupe. C’était génial ! Mes collègues me demandaient ensuite de leur apprendre à jouer… », se souvient le musicien. Pour le jeune homme, c’est le déclic : de retour en France, il décide de tout lâcher pour consacrer sa vie à la musique. Autodidacte, il apprend tout seul la guitare, n’a jamais pris aucun cours de chant, mais il a le soutien sans faille de ses proches.
Quatre ans plus tard, lors d’un concours de chant à Paris qu’il remporte, il est repéré par un dénicheur de talent de Tf1. Ce dernier lui propose de participer à la célèbre émission « The Voice ». C’est le début d’une aventure qu’Alvy n’est pas prêt d’oublier : avec sa version de « One day », il touche non seulement le public et les téléspectateurs, mais aussi des internautes du monde entier. « Je reçois des messages de partout, sourit le jeune artiste. Beaucoup d’Afrique, mais aussi des Etats-Unis, d’Israël, du Japon… Je fais en sorte de répondre à chaque fois. C’est très intense ce qui m’arrive, je ne réalise toujours pas. Je regarde mon passage tous les jours ! A chaque fois, j’ai l’impression de revivre le moment. »



Une chanson en forme de message pour l’Afrique

Car c’est un titre très riche de sens que le chanteur a choisi d’interpréter, le jour des fameuses auditions à l’aveugle. « J’ai écouté la chanson « One Day » d’Asaf Avidan pour la première fois en Jordanie, dans l’émission Taratata, se rappelle Alvy Zamé. J’en ai eu des frissons et les larmes aux yeux ! Mais je n’ai réussi à retenir que le refrain. Plus tard, en France, un ami photographe m’a demandé de la chanter pendant qu’il me filmait. J’ai improvisé en lingala sur les couplets et que je chantais le refrain en anglais. Ma version parle de l’Afrique et du Congo-Brazzaville, mon pays d’origine. Je dis que je les soutiens, que je suis avec eux. Rien à voir avec la politique, c’est une chanson solidaire. » Et il semble que le message soit bien passé. Depuis la diffusion du passage d’Alvy, les soutiens se multiplient sur les réseaux sociaux et les mails affluent. « Il y a un message qui m’a particulièrement touché, reprend ce dernier. Celui d’une dame qui me racontait que son père, paralysé, a pleuré en regardant mon passage, alors qu’il ne montrait jamais ses émotions ! »

« Avoir une double culture, c’est une chance »

Le franco-congolais est arrivé en France à l’âge de 12 ans. Sa famille s’installe à Athis Mons et c’est dans cette ville du Nord-Essonne qu’il passera toute sa scolarité. Après un diplôme en électrotechnique, il part pour Toulouse où l’attend l’école militaire. «  C’est une fierté d’avoir une double culture, une chance qu’il faut mettre en avant, tient-il à préciser. Je suis né au Congo mais la France a beaucoup fait pour moi, c’est important de le rappeler par les temps qui courent. » La tête sur les épaules et « les pieds ancrés dans le sol, grâce à l’éducation que j’ai reçue », le jeune homme a beaucoup de recul en ce qui concerne sa soudaine célébrité. « Les gens s’arrêtent beaucoup pour me parler ! A Athis j’ai l’habitude car je connais beaucoup de monde, mais à Paris, ça fait bizarre ! » Pas impressionné pour autant par le public ou les caméras de TF1, Alvy Zamé est à l’aise sur scène comme sur les tournages de l’émission.  « Avec les autres candidats, ça se passe super bien ! Et Zazie est une très bonne coach. Je l’ai choisie à cause de ce qu’elle m’a dit après mon passage sur mon côté spirituel, qui m’a beaucoup touché. »
S’il n’a pas encore remporté la victoire du télé-crochet, le chanteur est optimiste et a déjà une petite idée de ses projets d’avenir : « Un CD serait bien, même un titre ! ». C’est tout ce qu’on lui souhaite.

Découvrez la reprise du titre « One Day » par Alvy Zamé dans les locaux d’Essonne Info :