Un dangereux champignon a été détecté dans un hôpital de la région de Montréal, selon les autorités sanitaires.

MONTRÉAL – Un dangereux champignon connu pour sa résistance aux traitements a été détecté au début du mois dans un hôpital de Longueuil (Québec), sur la Rive-Sud de Montréal, ont indiqué jeudi les autorités sanitaires.

Depuis le 8 septembre, les autorités ont identifié deux cas de patients porteurs de Candida auris à l’Hôpital Pierre-Boucher. Aucun d’entre eux, cependant, n’a développé une dangereuse infection à levure liée au champignon. Les responsables ont déclaré que l’un des patients – et ses contacts proches – a été placé en isolement.

La porte-parole régionale de la santé, Caroline Doucet, indique que l’hôpital a demandé à certains membres du personnel de porter des équipements de protection individuelle, de se laver les mains fréquemment et d’utiliser d’autres mesures de désinfection. Tous les patients qui ont été en contact étroit avec les deux cas ont été testés, et l’hôpital reste sûr pour les utilisateurs, a déclaré l’agence de santé jeudi.

Selon les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies, Candida auris est un champignon émergent qui est considéré comme une menace sérieuse pour la santé mondiale parce qu’il est souvent résistant à plusieurs médicaments antifongiques, est difficile à identifier avec les tests de laboratoire standard et peut déclencher des épidémies dans les établissements de soins de santé.

Le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos, se dit préoccupé par la présence de l’agent pathogène au Québec et a demandé aux responsables fédéraux de la santé publique de recueillir rapidement des informations auprès des provinces pour obtenir un meilleur portrait de la situation.

Lire aussi:  Les sondages indiquent que la question des élections au Québec n'est pas de savoir qui va gagner, mais qui va arriver en deuxième position.

Le Dr Simon F. Dufresne, microbiologiste et infectiologue spécialisé en mycologie médicale, a déclaré qu’il est fort possible que Candida auris soit plus présent que ce qui a été détecté, ajoutant que la province dispose de l’équipement approprié pour identifier les différentes souches.

Mme Dufresne a déclaré que les experts en identification des champignons s’attendent depuis environ cinq ans à identifier des cas au Canada. Un article publié par l’Agence de la santé publique du Canada en novembre 2018 avait mis en garde les médecins contre la présence possible de Candida auris et appelé les autorités à signaler les cas aux autorités sanitaires.

Ce champignon a été identifié pour la première fois il y a une dizaine d’années, a déclaré le Dr Donald Vinh, spécialiste des maladies infectieuses et microbiologiste médical au Centre universitaire de santé McGill. Les gens peuvent être porteurs du Candida Auris sans s’en rendre compte, car il est bénin et ne produit pas de symptômes, a-t-il ajouté. Il devient toutefois problématique lorsqu’il pénètre dans la circulation sanguine, a-t-il ajouté.

« Lorsque cela se produit, ces patients ont des problèmes », a déclaré M. Vinh, ajoutant que les personnes peuvent tomber gravement malades, avec des symptômes tels que la fièvre, la chute de la pression artérielle, des problèmes respiratoires et même la défaillance d’un organe.

L’autre préoccupation majeure est que le champignon est résistant aux traitements actuellement connus. M. Vinh a expliqué qu’il existe quatre classes d’antifongiques pour les humains, dont trois sont plus fréquemment utilisées car la quatrième a des effets secondaires graves. Mais Candida auris est résistant aux trois traitements les plus utilisés.

Lire aussi:  Québec solidaire est le choix préféré des jeunes de la province, mais voteront-ils ?

« Nous devons nous tourner vers des traitements plus innovants, comme des combinaisons d’antifongiques », a déclaré M. Vinh.

Ce reportage de la EssonneInfo a été publié pour la première fois le 22 septembre 2022.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*