Maître Simonard, l’avocat du rappeur d’Evry, aura été ces derniers temps le héros d’un buzz qu’il n’avait pas vraiment prévu. Le désormais célèbre titre « Allô Maître Simonard », dont la vidéo cumule à ce jour plus de 600 000 vues sur Youtube, a propulsé Niska sur la scène du rap français en un temps record.

Une vidéo qui lui a même ouvert les portes de la célèbre émission de Skyrock « Planète Rap » et un featuring avec Gradur. « Remember », c’est le nom de la collaboration avec « l’homme au bob », rappeur de 24 ans originaire de Roubaix. Après un passage sur Générations, et les centaines de milliers de clics sur chacune de ses vidéos, c’est une étape de plus dans l’ascension fulgurante de Niska.

Depuis la sortie du clip, tourné dans le quartier du Chantier du Coq, les réseaux sociaux s’en donnent à coeur joie avec le hashtag « Maître Simonard » et accélèrent la renommée de l’Evryen. En moins d’un mois, il a gagné plus de 15 000 nouveaux abonnés sur sa page Facebook. « Je ne m’attendais pas à ça. En plus au début, je n’aimais pas ce son », avoue Niska, qui après son groupe « Mineurs enragés » (voir notre rencontre – avril 2012) vise maintenant une carrière solo. « Faire de la musique, me développer, c’est tout ce qui m’importe », explique-t-il, évoquant la sortie d’une mixtape « Charo Life », au printemps prochain.

Car il n’y a pas que ses déboires avec la justice et les coups de fil à son avocat (ce dernier d’ailleurs l’appellera pendant notre interview) qui nourrissent les textes de Niska. « Tout m’inspire des punchlines. Je suis un observateur, tout ce qui m’entoure est bon à prendre ! » . La toute dernière vidéo de Niska, « Carjack Chiraq » en featuring avec le collectif Xvbarbar, est sortie ce jeudi.

L’avenir, pour Niska , s’annonce donc sous de bonnes augures. Les demandes de feat arrivent régulièrement, même si l’Evryen indique « ne pas pouvoir répondre à toutes les sollicitations ». Pas question pour lui de se reposer sur ses lauriers ou de renoncer à faire du son :  » Si l’année prochaine je suis disque d’or, je ne retourne pas à l’école! »