Gauche et droite dévoilent ce mercredi leurs accords en vue des élections départementales des 22 et 29 mars. PS et PCF devraient partir ensemble sur un tiers des 21 nouveaux cantons. UMP et UDI sont d’accord sur presque tous les candidats, mais pas sur le retour de Xavier Dugoin.

Ce mercredi midi à Massy, Georges Tron et Vincent Delahaye, les présidents des fédérations UMP et UDI 91 et respectivement maires de Draveil et Massy, présentent leur accord départemental en vue de l’alternance au Conseil général. Sur les 21 cantons, 20 équipes de candidats recevront le soutien des deux partis, « et un canton n’aura aucune investiture » annonce Jacques Lebigre, le secrétaire de la fédération UMP essonnienne. Sous le nom de « Ensemble pour l’Essonne », les candidats investis doivent donner leurs priorités de campagne.

La droite et le centre veulent se présenter en ordre de bataille, pour tenter de ravir à la gauche la gestion du Département, qu’elle préside depuis 1998. Pour cela, les candidats soutenus par l’UMP et l’UDI devraient miser sur des campagnes à caractère territorial, c’est à dire liées aux enjeux locaux dans les cantons (lire notre article). La question de la présence de Xavier Dugoin divise cependant les leaders de la droite essonnienne. L’ancien président du CG de 1988 à 1998 se présentera en candidat indépendant sur le canton de Corbeil-Essonnes, mais a déjà publié les esquisses de ce qui pourrait être un programme départemental.

Alliances ou primaires

Concernant le Modem, le parti s’inscrit dans la démarche de l’alternance, et soutiendra les candidats UMP/UDI à Viry-Chatillon où l’un des binômes est Modem. Il partira néanmoins sous ses propres couleurs à Palaiseau Brétigny et Evry, parfois avec des dissidents UDI. Pas d’alliance en tout cas entre la droite et le Front national, qui a de son côté présenté ses candidats la semaine dernière et aimerait jouer les arbitres de cette compétition gauche-droite (lire notre article).

Le PS, qui avait choisi ses candidats en décembre, tout en gelant un certain nombre de places pour ses partenaires (lire notre article), signe finalement ce mercredi un accord départemental avec les écologistes. Une « première pierre vers le plus large rassemblement » juge un cadre de la fédération essonnienne. Un accord qui n’inclue finalement pas le Parti communiste à l’échelle départementale.

Dans un appel publié ce mardi, le président du CG Jérôme Guedj mobilise ses élus avec un texte offensif. « Ensemble, continuer d’agir pour améliorer la vie quotidienne des Essonnien-ne-s » met en avant le travail de la gauche au Département depuis 1998, avec 24 des 26 élus de la majorité départementale. Signé par les conseillers généraux Front de gauche Claude Vazquez (PCF) et Paul Da Silva (PG), le texte n’obtient pas le paraphe des élus communistes Marjolaine Rauze et Bruno Piriou. Ce dernier, parti en campagne avec le Printemps de Corbeil, annonce qu’il votera tout de même le budget départemental.

PCF à stratégie variable

Une situation que la fédération communiste a tenu à préciser ce mardi : « à l’issue d’un long et profond débat démocratique, les communistes essonniens ont décidé de leur stratégie, canton par canton, section par section ». Ils se présentent ainsi dans une configuration Front de gauche à Arpajon, Corbeil, Draveil, Epinay-sous-Sénart, Étampes, Évry, Gif-sur-Yvette, les Ulis, Massy, Palaiseau, Ris-Orangis, Savigny-sur-Orge et Yerres. A Athis-Mons, Brétigny-sur-Orge, Dourdan, Longjumeau, Viry-Châtillon et Sainte-Geneviève-des-Bois, ils se disent par contre prêts à « un large rassemblement sur des contenus forts », sous-entendu avec le PS.

Au Parti de gauche, qui annoncera ses candidats en février, on se dit prêts à se présenter avec le PCF lorsque celui-ci choisit la stratégie du Front de gauche. « A Epinay-sous-Sénart ou Massy, nos équipes sont déjà en lien » indique la secrétaire du PG de l’Essonne Mounia Benaili. Le parti de Jean-Luc Mélenchon qui discute aussi avec les collectifs anti-gaz de schiste, et devrait se positionner sous la forme « d’une déclaration contre les gaz de schiste à venir ».