Le procès pour agression sexuelle se poursuit pour l’officier militaire qui a mené la campagne de vaccination COVID-19

GATINEAU, Qc. – Le procès pour agression sexuelle du Maj.-Gén. Dany Fortin, qui a dirigé la campagne de vaccination COVID-19 du gouvernement fédéral, se poursuit aujourd’hui dans une salle d’audience de Gatineau (Québec).

La plaignante dans cette affaire a témoigné hier qu’elle s’est réveillée à la suite de l’agression présumée une nuit au début de 1988 au collège militaire de Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec.

La plaignante a dit qu’elle s’est réveillée et a réalisé qu’un homme avait pris sa main et se masturbait avec, tandis qu’une autre main était sur sa poitrine.

Elle a dit à la cour qu’elle a ouvert les yeux et a reconnu Fortin, puis l’a repoussé et lui a dit de la lâcher avant qu’il ne recule.

L’avocat de la défense de Fortin a déclaré qu’elle contesterait vigoureusement l’identification de Fortin par la plaignante, et son contre-interrogatoire de la plaignante devrait se terminer ce matin avant que d’autres témoins soient appelés à témoigner.

Fortin maintient son innocence et conteste également son retrait de la campagne de vaccination devant la Cour fédérale.

Ce reportage de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 20 septembre 2022.

Lire aussi:  Les chefs de parti du Québec se répartissent dans toute la province à l'occasion de la fête du Travail

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*