Comment le smiley est entré dans le monde numérique : 40 ans :)

Smiley

Deux points, moins, parenthèse fermée : comment un informaticien a inventé un symbole numérique il y a 40 ans et comment ses successeurs ont marqué la communication actuelle par messages textuels.

Berlin/Bonn – Un symbole comique qui n’était pas tout à fait sérieux ? Cela semble un peu bizarre, mais c’est le début de l’histoire du smiley numérique. Le visage souriant couché sur le côté a commencé sa marche triomphale dans le monde numérique il y a 40 ans, lundi 19 septembre, à partir d’une université américaine.

Les emojis – visages dessinés, signes de la main, cœurs, etc. – jouent un rôle important dans la communication dactylographiée. « Ils donnent une indication sur la manière dont on doit comprendre une déclaration », explique la linguiste Erika Linz de l’université de Bonn, qui étudie le langage et la communication dans les médias numériques. En effet, les messages textuels ne contiennent pas les éléments qui permettent de comprendre ce que quelqu’un veut dire dans une conversation : la voix et le ton, ainsi que les mimiques et les gestes.

Éviter les malentendus

Des symboles pour éviter les malentendus dans les conversations numériques – c’est exactement ce que devrait être le visage souriant tapé à la machine du professeur d’informatique américain Scott E. Fahlman. En 1982, dans son université de Pittsburgh, les informaticiens s’envoyaient des messages par Arpanet (précurseur d’Internet) ; ils les postaient sur des tableaux d’affichage numériques.

La communauté se composait exclusivement de nerds ayant un penchant pour le sarcasme et l’humour décalé, a déclaré Fahlman dans une interview accordée au début de l’année au Frankfurter Rundschau. On postait donc beaucoup de choses qui étaient censées être amusantes. Mais il y avait toujours quelqu’un « qui ne comprenait pas l’intention et répondait avec indignation. Cela a donné lieu à de véritables batailles de mots », poursuit l’informaticien.

Lire aussi:  7 vs Wild : Knossi choisit ses premiers outils - C'est ainsi que le Streamer veut survivre

Toucher une corde sensible

Pour les éviter, on a discuté de la nécessité de marquer les blagues comme telles. Là encore, ce n’est pas très sérieux. Le 19 septembre 1982, Fahlman a posté sa proposition : une combinaison de deux points, d’un signe moins et de parenthèses fermées, avec la consigne de la lire à l’envers. Il a expliqué plus tard qu’il voulait seulement amuser les quelques personnes impliquées à court terme. Mais il a révélé un nerf de la communication numérique. Le smiley couché s’est répandu dans le monde entier depuis l’université via Arpanet, puis via Internet.

Dans les messages textuels actuels, les emojis remplissent d’autres fonctions que l’expression de la manière dont on souhaite que quelque chose soit compris. Ils servent régulièrement de signes de ponctuation, explique la linguiste ErikaLinz. Si l’on tape un emoji au lieu d’un point, « il prend une signification expressive ». En outre, les petits signes permettent d’économiser la communication, explique la linguiste. Par exemple : Lever le pouce au lieu d’une réponse formulée.

Le triomphe des emojis

L’absence d’image peut aussi être considérée comme un signe que quelqu’un pense vraiment ce qu’il écrit. Les gens sont conscients du type de message dans lequel ils utilisent des emojis et de celui dans lequel ils ne les utilisent pas, estime Linz. Récemment, ses étudiantes ont analysé la manière dont des personnalités connues utilisent les petits symboles sur Instagram. Il en est ressorti que les acteurs et actrices utilisent nettement plus souvent les emojis dans leurs messages que les hommes et femmes politiques.

Lire aussi:  Warzone : Radar Jammer dans l'enfer des Nerf - mais les fans en demandent encore plus

Le sérieux passe donc par l’absence de symboles ? Linz répond : « Je pense qu’à long terme, cela va se répandre encore plus dans la communication formelle. La marche triomphale des emojis est inéluctable ». Mais même avec ces petits signes, les malentendus sont inévitables, car tous les emojis ne sont pas totalement clairs. Et les gens en utilisent certains dans différents contextes avec des intentions différentes. C’est là qu’intervient le visage souriant de Fahlman. Il est quasiment impossible de créer une grande confusion ou une sérieuse irritation. dpa

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*