Après avoir dévoilé leur stratégie d’alliance (lire notre article), socialistes et écologistes réunis hier à l’Espace Liberté de Massy, ont tenu à sceller leur union lors de leur meeting commun en présence de Benoit Hamon, le porte parole national du PS, François Lamy (député de VIe circonscription de l’Essonne), Cécile Duflot (secrétaire nationale d’EELV et conseillère d’Ile de France) et du député de la Gironde, Noël Mamère.

Le symbole est fort car la ville comprend deux cantons où le Parti socialiste et Europe Ecologie-Les Verts (EELV) soutiennent Jérome Guedj, candidat socialiste sortant sur le canton Massy Est et Guy Bonneau, candidat écologiste sur le canton Massy Ouest. Ainsi, sous le regard bienveillant des cadres nationaux, les socialistes et les écologistes du département se sont succédés en accentuant sur le caractère historique de leur accord de premier tour.

L’union comme moteur d’action

Hella Kribi-Romdhane, remplaçante de Guy Bonneau y voyant un «  véritable mariage » entre les deux forces politiques, a invité les cadres et militants des partis à pérenniser cette stratégie d’union tant pour les cantonales mais surtout dans une perspective de rassemblement de la gauche pour les échéances de 2012.

Les orateurs n’ont eu de cesse de rappeler les points de convergences entre les deux forces politiques. Qu’il s’agisse comme le qualifie Benoit Hamon de l’ «  instrumentalisation de la peur » par la droite et le Front National, socialistes et écologistes ont tenu à réaffirmer les valeurs fondamentales de la République.

Les deux forces politiques, au vu de l’abstention qui se profile pour ces échéances électorales, ont appelé à une «  revalorisation de la souveraineté populaire » afin de revivifier les pratiques démocratiques au sein des partis politiques, et de proposer une alternance crédible aux citoyens.

Saluant l’accord du 1er tour réalisé entre les socialistes et écologistes du département, l’actuel président du conseil général, Michel Berson a ainsi exhorté les citoyens à sanctionner dans les urnes « les méthodes de mise sous tension de la société » .

L’union « sans aucune soumission »

Si Jérome Guedj a tenu a réaffirmé le volet tant local – mise en place de politiques pour la cohésion sociale – que national – sanction des politiques nationales -, la secrétaire nationale Cécile Duflot et le député écologiste Noël Mamère, tout en s’accordant sur ce volet local, ont toutefois tenu à préciser les conditions adjacentes et requises pour cette union réussie, notamment pour les échéances de 2012.

Reprenant la catastrophe naturelle et bientôt environnementale qui sévit au Japon, la conseillère régionale d’Ile de France a ainsi rappelé la pertinence des revendications des écologistes en matière de nucléaire, toute comme Noël Mamère qui en a aussi profité pour donner la réplique à Ségolène Royal qui avait appelé [les écologistes] à respecter «  un délai de décence et de respect  » face à la catastrophe au Japon, en critiquant ceux qui « , » en France à l’approche des cantonales notamment, pour réclamer un référendum sur le nucléaire.