Après des conseils municipaux plus que mouvementés, la commune de Saintry-sur-Seine tourne maintenant au ralenti.

A Saintry-sur-Seine, plus le temps passe et plus on semble aller vars un pourrissement de la situation. Après une série de plaintes déposées contre la maire Martine Cartau-Oury, contre des élus ou même contre X, 15 membres du conseil municipal de la commune ont sollicité la maire par voie postale le 28 octobre dernier pour lui demander d’organiser un conseil municipal extraordinaire avant le 30 novembre. Or, alors qu’on approche de la mi-décembre, le conseil extraordinaire attendu par une grande majorité des élus n’a toujours pas eu lieu.

Désormais minoritaire dans sa majorité, la maire assiste impuissante à un spectacle atypique. Lors des deux derniers conseils municipaux des 6 et 9 décembre, la quasitotalité des délibérations soumises aux votes ont été rejetées par les élus « frondeurs ». Une façon pour ces élus de maintenir la pression sur la maire afin qu’elle organise un conseil municipal extraordinaire. Cependant, cette stratégie est à double tranchant, étant donné que cela plonge le fonctionnement de la commune dans le flou le plus total. Par exemple, la modification de la tarification de l’école municipale des sports a notamment été rejetée, tout comme l’autorisation de dépenses en investissement avant le vote du budget. « Pourvu que Saintry n’aura pas besoin de faire des travaux d’urgence début 2015, car avec ce vote contre, nous n’aurons pas l’argent nécessaire pour les réaliser », s’est insurgée la maire après cette délibération. Bref, une situation qui devrait certainement s’apaiser avec les fêtes et qui pourrait repartir sur les chapeaux de roue dès janvier 2015.