Forte mobilisation ce mardi au sein du lycée Robert Doisneau de Corbeil-Essonnes. Plusieurs centaines de lycéens et enseignants ont pris la rue pour la sauvegarde de leurs dispositifs d’éducation prioritaire. Après des AG et une manifestation jusqu’à Evry, ils ont obtenu des garanties de la part de l’Inspection académique.

Les lycéens et leurs enseignants ont débrayé ce mardi 9 décembre à Robert Doisneau, le lycée de Corbeil-Essonnes. Au lendemain d’un premier mouvement venu des enseignants, concernant la fermeture à venir d’un BTS (lire notre article), rendez-vous était pris dès 8h30, ce mardi matin à l’entrée du lycée. Le mot d’ordre de la mobilisation a rapidement circulé dans l’établissement, jusqu’à la tenue d’une Assemblée générale à 10h30. Cette réunion qui a rempli le gymnase du lycée a débouché sur la création d’un « comité d’action » pour lancer une manifestation dans l’après-midi.

Dès 13h devant les grilles de Doisneau, les banderoles sont de sortie. Le mot d’ordre est centré sur la question des dispositifs d’éducation prioritaire, dont les lycées sont appelés à être exclus, dans le cadre de la refonte des « REP ». Cette éventualité priverait Doisneau de moyens et menacerait certaines options. C’est également le cas au sein des lycées de Sainte-Geneviève-des-Bois et Epinay-sous-Sénart, également mobilisés ce mardi.

Avant de partir sur la N7 en direction d’Evry, créant des embouteillages au passage, le cortège a pris forme aux alentours de 14h devant les grilles de Doisneau. « Zappe pas ma Zep », « Des moyens pour étudier », ou encore « Gardons nos options » figuraient en bonne place sur les banderoles et affiches dessinées par le comité d’action. Personnels et élèves espéraient être reçu par l’Inspection académique pour en savoir plus sur leur avenir. Avec une centaine d’enseignants grévistes, sur 260, les lycéens se sont retrouvés par classes entières sur le parvis de leur établissement.

Elèves et enseignants obtiennent des garanties

« Beaucoup d’entre nous sont concernés, car nous avons des options qui font la spécificité du lycée, notamment dans le domaine de l’art, on ne veut pas perdre cela » témoigne Hugo Jeannette, lycéen en Terminale SSI et membre élu au Conseil d’administration du lycée, « déjà l’année dernière des moyens ont été perdus, par exemple dans notre filière Technique, on nous a retiré la possibilité de réaliser des travaux de création ». Elève de Terminale en option Théâtre, Mathieu ne veut pas être des derniers bénéficiaires de cette spécialité : « il y a quatre ans, il y a eu la même situation, les lycéens de l’époque se sont battus pour que nous puissions en profiter, à nous de continuer leur combat aujourd’hui ». Pour le lycéen, cette sortie du dispositif d’éducation prioritaire priverait les élèves « de rencontres avec des artistes et comédiens, des moyens pour du matériel ou des costumes ». Même constat pour Rahma, en filière STMG, qui craint « la suppression de l’étude, et des options » pour sa filière.

Elèves et enseignants, ils étaient quelques 800 hier à manifester (JM/EI)

Elèves et enseignants, ils étaient quelques 800 hier à manifester (JM/EI)

Professeur de Lettre-histoire et syndiqué FSU, Philippe Joly détaille l’impact des coupes budgétaires que subit déjà l’établissement, « on a perdu des heures au sein de la plupart des filières, et on risque de perdre plus si on sort du dispositif d’éducation prioritaire ». Le cortège, qui a rassemblé environ 800 lycéens et enseignants, a rejoint Evry et la cité administrative en milieu d’après-midi. Une délégation composée des élus au CA du lycée a été reçue par l’Inspection académique, pour une réunion sur la situation qui aura duré une heure. Selon les participants, les fonctionnaires de l’Education nationale dans le département auraient annoncé que Robert Doisneau resterait finalement dans un dispositif d’éducation prioritaire.

Personnels et élèves ont cependant décidé de rester mobilisés, en l’attente de la confirmation des moyens mis à disposition de leur établissement pour l’année prochaine, ainsi qu’au sujet du devenir du BTS menacé. Une nouvelle rencontre entre représentants de l’établissement et Inspection académique est prévue ce mercredi après-midi

A noter qu’un autre manifestation lycéenne s’est déroulée ce mardi matin devant la préfecture. Les élèves de Baudelaire ont débrayé en masse pour protester contre la possible expulsion de deux de leurs camarades (lire notre article)