Les socialistes et les écologistes ont dévoilé ce mardi, leur manifeste commun. Une alliance qui fait de l’Essonne un « laboratoire ».

A cinq jours du premier tour des élections cantonales, les socialistes et les écologistes ont dévoilé à la presse ce mardi leur manifeste. « Ce que nous entreprenons avec Europe Ecologie-Les Verts en Essonne est innovant », estime Jérôme Guedj (PS), qui au lendemain du second tour devrait probablement prendre la présidence du Conseil général.

Un socle commun pour la prochaine mandature

Présenté comme un socle commun pour la prochaine mandature, ce document de 11 pages livre les grandes orientations que défendront les socialistes et les écologistes au Conseil général. Un « accord significatif » qui permet au secrétaire départemental de la formation écologiste, de déclarer que ce texte « apporte de la crédibilité » en « montrant que le Parti Socialiste et Europe Ecologie-Les Verts peuvent travailler ensemble ». Des écologistes qui espèrent revenir au Conseil général pour « écologiser » d’avantages les politiques départementales, pour Hervé Pérard.

Ils ne sont qu’une dizaine en France à avoir signé, entre le PS et Europe Ecologie-Les Verts, un accord départemental. L’Essonne sera en conséquence un « laboratoire » de ce que peuvent faire les socialistes et les écologistes, souligne Jérôme Guedj. Les deux formations partent ensemble sur dix cantons et un désistement automatique se fera au profit du candidat le mieux placé. Une position qui contraste avec les derniers propos de Cécile Duflot, la responsable nationale d’Europe Ecologie-Les Verts, pour qui « l’objectif n’est pas de faire élire le plus de socialistes pour prendre les départements, mais de faire élire le plus d’écologistes. Il n’y a pas d’accord de désistement en faveur du PS ». Signalant ainsi la volonté de « reconquérir l’autonomie politique » des écologistes.  

« Une campagne honteuse et scandaleuse de la droite »

Réagissant à la sortie du « Livre Noir » du l’UMP sur la gestion du département par la gauche, le PS et Europe Ecologie-Les Verts pointent ce qu’ils appellent « une campagne honteuse et scandaleuse de la droite ». Michel Berson, président sortant du Conseil général de l’Essonne, considère cette sortie de l’UMP, comme étant un moyen de masquer le manque de programme de la droite (Lire notre article)

Des attaques de l’UMP qui n’altèrent en rien le moral des candidats de gauche. « Nous sommes en position de gagner dans tout les cantons de droite » conclu Michel Berson.