Élections au Québec : La victoire de Poilievre est considérée comme une bonne nouvelle pour le Parti conservateur du Québec

MONTRÉAL – La victoire de Pierre Poilievre à la tête des conservateurs fédéraux est de bon augure pour le Parti conservateur du Québec, qui se présente aux élections provinciales avec des messages similaires, selon les analystes.

Sylvie Trottier a dit qu’elle a sauté de joie lorsqu’elle a appris que Poilievre avait remporté la course à la direction du parti le 10 septembre avec un score retentissant de 68 pour cent au premier tour de scrutin.

Mme Trottier, une partisane du Parti conservateur du Québec qui a participé à un récent événement de campagne à Montréal avec le chef du parti, Éric Duhaime, a déclaré que M. Poilievre l’a convaincue lorsqu’il s’est rendu à Ottawa l’hiver dernier pour visiter le  » convoi de la liberté  » – la manifestation massive contre les restrictions du COVID-19 qui a bloqué les rues entourant la colline du Parlement.

Poilievre « a beaucoup d’idées qui sont similaires à celles de Duhaime », a déclaré Trottier, 66 ans. « Il veut s’occuper des gens, et il est pour la liberté d’expression et pour la liberté individuelle …. Il va créer une vague pour les conservateurs ici. »

Louise Poudrier, candidate conservatrice québécoise dans la circonscription d’Hochelaga-Maisonneuve à Montréal, a déclaré que son parti – qui n’a aucun lien officiel avec le Parti conservateur du Canada – partage avec Poilievre des valeurs comme la liberté d’expression et un gouvernement plus petit.

« Pour les gens qui font partie de l’alliance conservatrice, le fait que M. Poilievre ait été élu chef du parti conservateur fédéral est un bon signe ; c’est encourageant pour nous », a déclaré Mme Poudrier en entrevue. « Ça nous dit que nous ne sommes pas seuls à partager ces valeurs ».

Frédéric Boily, professeur à l’Université de l’Alberta qui étudie la politique canadienne et québécoise, a déclaré que la course à la direction du Parti conservateur fédéral est « une bonne nouvelle pour Éric Duhaime dans le sens où cela renforce son message, qui présente des similitudes avec celui de Pierre Poilievre. »

Lire aussi:  Élections au Québec : Legault ne publiera pas l'étude sur le projet de troisième lien Québec-Lévis

Selon M. Boily, Duhaime et Poilievre ont bénéficié du mécontentement suscité par les mesures de santé publique mises en place lors de la pandémie de COVID-19. Et bien que presque toutes ces mesures aient maintenant été levées, le ressentiment du public persiste, a-t-il dit.

« Cela crée les conditions d’un certain type de message politique, qui estime que l’État va trop loin, qu’il dépense trop, qu’il s’endette », a-t-il déclaré dans une interview récente, ajoutant que l’inflation a contribué à ce ressentiment à l’égard du gouvernement.

L’invasion russe de l’Ukraine a également permis à Poilievre et Duhaime de parler de leur soutien à une usine de gaz naturel liquide et à un pipeline dans la région du Saguenay au Québec. Le lendemain de la victoire de Poilievre, Duhaime a souligné leur soutien commun au projet de gaz naturel, décrivant Poilievre comme un ami de longue date qui s’était porté volontaire pour sa campagne électorale provinciale ratée de 2003.

« Nous avons une compréhension commune de nombreux enjeux « , a déclaré M. Duhaime aux journalistes, ajoutant que, comme de nombreux partisans de son parti, il est également membre du parti conservateur fédéral.

Poilievre a remporté la quasi-totalité des 338 circonscriptions du Canada dans la course à la direction, dont 72 des 78 circonscriptions du Québec.

Frédérick Guillaume Dufour, professeur à l’Université du Québec à Montréal qui étudie la sociologie politique, a déclaré que la performance de Poilievre au Québec était surprenante parce que la province n’a pas traditionnellement soutenu des politiciens comme Poilievre qui ont un style caustique et des penchants libertaires.

« Je pense que cela démontre qu’il y a un marché pour des idées plus populistes, plus libertaires au Québec, et en ce moment, c’est Éric Duhaime qui occupe ce territoire politique « , a déclaré M. Dufour lors d’une récente entrevue.

Lire aussi:  Élections Québec se lance sur TikTok, espérant que sa campagne originale inspirera la participation.

L’appui à un gouvernement plus petit n’est pas entièrement étranger à la province. L’Action démocratique du Québec – le parti que Duhaime a représenté en 2003 – préconisait la réduction du rôle de l’État dans la société québécoise. Ce parti a fusionné avec la Coalition Avenir Québec en 2012.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2018, la CAQ s’est déplacée vers le centre-droit, et les mesures de santé liées à la pandémie introduites par le gouvernement de la CAQ se sont accompagnées d’une intervention importante de l’État dans l’économie. Le déplacement de la CAQ vers le centre a créé un espace pour un parti plus conservateur sur le plan fiscal à droite, a déclaré Mme Dufour.

De plus, le chef de la CAQ, François Legault, voit l’État comme un outil pour ses politiques économiques nationalistes, a dit M. Dufour, ajoutant que M. Duhaime est un partisan de marchés plus libres.

Malgré le succès impressionnant de Poilievre au Québec pendant sa campagne à la direction, Boily et Dufour disent qu’il n’est pas évident que le nouveau chef conservateur soit bien connu des Québécois qui ne sont pas membres du parti conservateur fédéral.

Et avec des sondages récents plaçant le soutien pour la CAQ au-dessus de 40 pour cent – par rapport à un peu moins de 20 pour cent pour les conservateurs provinciaux – le parti de Legault semble rester le choix des Québécois conservateurs, a déclaré Boily. « La plus grande partie de la droite québécoise reste incarnée par la Coalition Avenir Québec ».

Les Québécois se rendent aux urnes le 3 octobre.

Ce reportage de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 17 septembre 2022.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*