Le prêteur de crypto-monnaies en difficulté Celsius demande l’autorisation de vendre ses avoirs en Stablecoin dans une nouvelle requête judiciaire.

Le prêteur de crypto-monnaies en difficulté Celsius demande l’autorisation au tribunal des faillites des États-Unis de vendre ses stablecoins.

L’avenir de l’entreprise restant flou, elle demande au tribunal des faillites l’autorisation de vendre les stablecoins en sa possession afin de générer des liquidités, selon de récents documents judiciaires.

« Les débiteurs, dans l’exercice de leur jugement commercial raisonnable, estiment que la vente de leurs stablecoins conformément aux pratiques passées et dans le cours normal des affaires est un moyen efficace de générer des liquidités pour aider à financer les opérations des débiteurs. »

La société a environ 11 types différents de stablecoins, évalués à environ 23 millions de dollars, en sa possession, selon les documents judiciaires. Une audience sur la demande est prévue pour le 6 octobre.

Les documents judiciaires révèlent que la société compte environ 300 000 utilisateurs actifs avec des comptes supérieurs à 100 $, plus de 1,7 million d’utilisateurs enregistrés et des clients dans plus de 100 pays. Celsius a été créée en 2017 en tant que plateforme permettant aux clients de négocier des actifs cryptographiques, de gagner des récompenses et de contracter des prêts en utilisant des actifs numériques comme garantie.

La firme a initialement déposé son bilan en juillet après que son actif natif CEL se soit effondré à la mi-juin.

Cette demande intervient alors que le PDG de Celsius Network, Alex Mashinsky, chercherait à relancer la société avec un « plan audacieux. »

Mashinsky a présenté un plan appelé « Kelvin » qui transformerait l’entreprise en offrant des services pour stocker les crypto actifs des gens en leur nom et facturer des frais pour certains types de transactions.

Lire aussi:  MicroStrategy mise sur le bitcoin et récupère 6 millions de dollars en BTC sur un marché des crypto-monnaies qui s'effondre.

La société a également obtenu l’autorisation du tribunal en août de reprendre ses activités d’extraction de bitcoins (BTC) dans le cadre de la procédure de faillite.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*