Dans l’affaire des survols de sites nucléaires français révélée la semaine dernière, Greenpeace affirme que le Commissariat à l’Energie Atomique de Saclay fait partie des installations visitées par des drones.

Un ou des drones ont-ils survolé l’imposant complexe du Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) situé à Saclay? Courant octobre, plusieurs sites nucléaires, dont des centrales appartenant à EDF, ont fait l’objet de survols de drones, pour le moment non identifiés. L’exploitant a fait savoir qu’il portait plainte contre ces survols, interdits en raison de la sécurité des sites, tout en indiquant qu’ils étaient « sans conséquences » .

De son côté, l’organisation écologiste Greenpeace, qui a affirmé ne pas être pas impliqué dans cette affaire, indique dans un communiqué que « selon d’autres sources, le site de Superphénix (Isère), le site du Commissariat à l’Énergie Atomique de Saclay dans l’Essonne, la centrale nucléaire de Pierrelatte (Drôme) et la centrale nucléaire de Fessenheim s’ajoutent à la liste et ont également connu un ou plusieurs survols de drones ».

Une affirmation sur laquelle le CEA de Saclay « n’a aucun commentaire à faire ». Contactée par Essonne Info, l’installation essonnienne qui regroupe 5000 chercheurs et salariés confirme que « certains sites du CEA ont été survolés » sans avoir de « localisation » à confirmer ou infirmer. Une plainte a par ailleurs été déposée par le Commissariat à l’Energie Atomatique, qui indique vouloir « laisser l’enquête se faire » avant de communiquer. L’institution dispose d’une dizaine de sites dans le pays.