Après l’incendie criminel de l’école Paradis à Corbeil-Essonnes, la mairie met en oeuvre les dispositions nécessaires pour accueillir les élèves dès la reprise des cours le lundi 3 novembre. 

« Les experts ont maintenant donné l’ensemble de leurs recommandations et grâce à l’investissement des services municipaux et à une bonne organisation avec l’Éducation nationale, les travaux sont bien avancés. » C’est par cette phrase faisant échos au Conseil municipal de lundi, où les parents de l’école de la Rive-Droite de Corbeil-Essonnes étaient venus à la pêche aux informations (lire notre article), que le maire Jean-Pierre Bechter annonce la réouverture de l’école.

Incendiée par une voiture bélier le lundi 20 octobre dernier (lire notre article), l’école Le Paradis accueillera ses élèves dès la reprise des cours. « Les enfants pourront retrouver les salles de classe dès le lundi 3 novembre », nous indique la mairie dans un communiqué. Alors que l’entrée de l’école maternelle se fera, comme d’habitude, « par le portail situé à l’angle de la rue du Paradis », les écoliers des cours élémentaires seront accueillis provisoirement par l’entrée située rue de Soisy, « habituellement dédiée à l’accueil de loisir ». Les parents pourront bénéficier d’un parking spécialement aménagé, pour faciliter la « dépose rapide » des enfants. « Ils pourront ainsi accéder à leur classe par l’étage, les parties du bâtiment présentant des dégâts ayant été entièrement sécurisées ».

Concernant la restauration scolaire, un espace a été aménagé dans les locaux de l’espace ville Rive-Droite (situé à proximité de l’école Paradis), qui sera « pendant le temps du midi, entièrement consacré aux élèves ». « Les enfants y seront accompagnés par les animateurs du temps repas et le parcours « piétons » a été défini avec les agents de la police municipale qui les encadreront également dans leurs déplacements. »

L’incendie criminel de l’école Paradis est le troisième fait similaire en seulement deux semaines, après la médiathèque et l’école Jean Macé situées dans le quartier des Tarterêts (lire notre article).