Samedi 13 septembre, le Siredom et son délégataire la Semardel ont conjointement présenté les enjeux de ces prochaines années.

Semardel

C’est dans l’air du temps, après les enfants, ou encore la Chambre de Commerce et d’Industrie, c’est au tour du Siredom et de la Semardel de faire leur rentrée. Samedi 13 septembre, les deux syndicats de traitement des ordures ménagères ont fait le point sur leurs grands défis pour le futur.

Le Siredom qui collecte 430 000 tonnes de déchets par an pour 129 communes et la Semardel qui s’occupe du traitement et de la valorisation des ordures ménagères ont présenté un programme ambitieux. Dévoilé par le président du Siredom Xavier Dugoin, le plan prévoit la mise en place de cinq projets.

Le premier d’entre eux concerne les prix de traitement. « Nous avons le prix de traitement le plus bas de la région Ile-de-France. Notre objectif est de baisser une nouvelle fois notre prix de traitement pour le premier trimestre 2015 », assure Xavier Dugoin. Outre ce point, les deux syndicats feront tout pour sensibiliser les collèges et les lycées pour prendre en charge les restes des repas « afin d’alimenter notre méthaniseur », relate le président de la Semardel.

Les autres projets consistent à la création de nouvelles déchèteries dans le département. De 14 unités, l’objectif est de passer à une vingtaine d’établissements. Le Siredom et la Semardel veulent également sensibiliser les personnes en implantant des bornes d’apport volontaires enterrées (BAV) dans plusieurs communes. « L’idée est d’en créer 300 à 400 en 6 ans », confirme Xavier Dugoin qui misera aussi sur des journées environnementales afin d’expliquer l’importance du tri des déchets dans les établissements scolaires.