Les usagers de la gare de Ballancourt, sur le RER D, voient les horaires d’ouverture de leur guichet se réduire. Une tendance en cours dans les stations des lignes C et D du Sud-Essonne.

Les mauvaises langues diront que « plus ça change, plus c’est pareil »… N’en déplaise à ces derniers, sur la ligne D du RER (direction Malesherbes) certains horaires changent mais rien ne sera plus comme avant. Du moins à Ballancourt. En effet, la SNCF a décidé de modifier les horaires d’ouverture de la gare et de réduire la présence de son personnel. Désormais, les voyageurs pourront encore trouver une présence humaine de 6 à 13 heures du lundi au vendredi, jours fériés exceptés, mais plus de 13h15 à 20h15. Une mesure qui ne concerne pour l’heure que cette commune.

Une tendance de fond

En gare de Ballancourt, une simple affichette annonce la couleur. Alors que les vacanciers reprennent peu à peu le chemin de leur entreprise, ils découvrent parfois malgré eux ce changement effectué en catimini. Du côté de l’association des usagers du RER D, la SADUR, la pilule a du mal à passer. « Malheureusement, lâche Rémy Pradier, le président de la SADUR, c’est une tendance de fond depuis plusieurs années. Le guichet d’une gare reste cependant le point de référence pour les voyageurs. En cas de problème, chacun est rassuré de savoir qu’il peut trouver une aide physique ou un renseignement en gare. »

La SNCF se dématérialise

Hélas pour ceux que l’on nomme les « usagers », la SNCF se dématérialise et disparaît peu à peu physiquement pour se concentrer sur la grande tendance du moment : le commerce en ligne. Cette nouvelle plage horaire mise en place à Ballancourt doit lui « permettre de mieux utiliser [ses] ressources dans une période où la vente par Internet et l’usage des titres de transports dématérialisés ( Pass Navigo, Imagine’R) progressent toujours […] », explique la Société dans une lettre adressée à la mairie de Ballancourt.

Les agents terminent à la rame…

Répondre à la demande commerciale, certes, mais l’effectif pléthorique jusqu’alors présent en gare de Ballancourt doit également relever un deuxième défi : renforcer la présence humaine… en rame. « C’est en effet une demande forte de nos clients que de voir plus d’agents à bords des trains plutôt que dans les gares afin de lutter contre un sentiment d’insécurité malheureusement trop élevé sur les trains de la ligne », détaille la SNCF avant d’ajouter : « Le sentiment d’insécurité en gare étant, lui, beaucoup plus faible ». Là encore, la SADUR reste peu convaincue des arguments développés par l’entreprise. « Rassurer les voyageurs en diminuant la présence du personnel là où on peut le voir ne me paraît pas très constructif. La ligne D, c’est 60 gares, plus de 600 trains. Ce n’est pas en changeant un clopin (sic) par-ci par-là, que cela va changer les choses. On ne sait pas si ce personnel sera là au bon moment. Un exemple simple : mon dernier contrôle de titre de transport doit remonter à 2009 et je prends la ligne D chaque jour. »

La SADUR organise une réunion publique d’information à Mennecy le 18 septembre à 19h30.
Renseignement sur le site de l’association (http://portail.sadur.org/)