Pour le Maire (UMP) de Corbeil-Essonnes, le cinéma de Corbeil-Essonnes sera maintenu. Une annonce qui intervient alors que l’Arcel devrait fermer fin mars (Lire notre article).

« Pour moi, le cinéma sera poursuivi »

A en croire l’annonce vendredi soir du Maire (UMP) de Corbeil-Essonnes, Jean-Pierre Bechter,  la mobilisation sans précédente pour sauver le cinéma Arcel (Lire notre article) aurait porté ses fruits. Pour le premier magistrat de la commune et Président de l’agglomération Seine Essonne, l’établissement de la place Léon Cassé, qui fêtera bientôt son centenaire, « sera poursuivi ». Une annonce qui intervient en préambule du Conseil municipal, lors d’un débat lancé par les élus de gauche.

Les relations entre l’exploitant actuel de l’Arcel et l’agglomération semblent tendue. La société qui gère le cinéma devrait depuis plusieurs années, un solde de loyer d’un montant approchant les 100 000 Euros. L’agglomération Seine Essonne étant le propriétaire des murs. Une dette inacceptable pour Jean-Pierre Bechter, qui accuse les propriétaires de l’Arcel de se partager 300 000 euros de bénéfices aux dépends des Corbeil-Essonnois et de leur cinéma. Profitant de la vente du fond de commerce, le Président de l’Agglomération partira « trouver un nouvel exploitant ».

Reprise publique contre subvention

Défendant les exploitants actuels de l’Arcel, le Conseiller général (PCF) et candidat en mars à sa réélection, estime qu’il est préférable de donner les moyens à l’exploitant actuel d’assurer le bon fonctionnement du cinéma. Bruno Piriou pointe l’arrêt d’une subvention de 91 000 € au Cinéma. Une décision que justifie Jean-Pierre Bechter par un non paiement de loyer de plus de deux ans par l’exploitant.

Mais la gauche avance divisée sur se sujet de la sauvegarde du cinéma. Alors que Bruno Piriou et les élus du Front de Gauche souhaitent le maintien de l’exploitant actuel, les élus du Parti Socialiste et d’Europe Ecologie avancent eux, « des approches originales et innovantes ». En montrant comme exemple les cinémas d’Orsay, Viry-Chatillon et Ris-Orangis, Alain Miglos (PS) et Fabrice Thépin (Vert) optent pour une reprise publique de l’Arcel.