Ce vendredi matin, l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) de Morangis a été inauguré.

Morangis - EPHAD

Jérôme Guedj, Président du Conseil général, Pascal Noury, Maire de Morangis et Claude Evin, Directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS), étaient notamment présents ce vendredi matin afin d’inaugurer l’EHPAD de Morangis. « Il fallait un moment symbolique pour souligner le travail accompli », lance le président du CG.

D’autres sont à venir

Ouvert il y a plus d’un an, cet établissement représente la première maison de retraite 100% publique du département. Totalement gérée par le Conseil général de l’Essonne, celle-ci a la particularité de ne coûter que 60 euros par jour. Un prix bien en deçà des prix proposés habituellement (en moyenne 100 euros en Île-de-France), qui a pour but de faciliter l’accès aux maisons de retraite au plus grand nombre. « C’est quelque chose de tout à fait révolutionnaire », souligne Hella Kribi-Romdhane, Conseillère régionale d’Île-de-France, présente pour l’occasion. « Nous faisons la démonstration que nous pouvons allier les tarifs raisonnables avec la qualité du service », ajoute Jérôme Guedj.

Actuellement, 103 retraités peuvent ainsi profiter des services des quelques 56 membres du personnel présents sur le site de Morangis. Baptisé Geneviève Laroque, en hommage à l’ex présidente de la Fondation nationale de Gérontologie disparue en 2012, cet EHPAD est aussi le premier établissement du service public essonnien du grand âge (SEGA), créé par le Conseil général. « Nous revendiquons la création d’un service public pour les personnes âgées », explique Jérôme Guedj. « Ce n’est pas un projet unique, c’est un réseau », précise-t-il.

En effet, le deuxième EHPAD du groupe, basé à Courcouronnes, vient tout juste d’accueillir ses 7 premiers résidents. D’ici 2018, d’autres établissements du groupe devraient voir le jour, aux Ulis, à Dourdan et à Draveil. Des centaines de places et d’emplois supplémentaires sont alors à venir.