Essonne Info est allé à la découverte de l’une des plus grandes Plate-formes industrielles courrier d’Europe (PIC). Une association parfaite entre hommes et machines pour satisfaire au mieux les clients.

image

La Poste, c’est tout simplement l’opérateur de services postaux historique de France. Créée à la fin du XVI siècle, et devenue une société anonyme en 2010, cette enseigne a néanmoins dû faire face à l’émergence de la concurrence dans les années 2000, après de nombreuses années de monopole sur le territoire français. Elle reste cependant le premier opérateur de courrier européen, et la Plate-forme industrielle courrier de Wissous n’est bien évidemment pas étrangère à cette réussite.

Des machines high -tech…

Un terrain de 9 hectares pour une surface d’exploitation de 40 000 m². Ouverte depuis 2007, la Plate-forme industrielle courrier de Wissous est l’une, si ce n’est, la plus grande d’Europe. C’est au sein de ses 2 immenses hangars aux allures de ville miniature, que transitent environ 7 millions d’objets par jour. Des objets ensuite acheminés en camion, en train ou en avion, vers les centres de distribution de France et d’Europe. En activité du dimanche 20h au samedi 22h30, la Plate-forme essonnienne est elle chargée du tri et de la préparation des courriers, au départ et à destination de la totalité du département de l’Essonne , de 10 arrondissements du Sud de Paris, et de quelques villes des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne, soit environ 1,2 millions de foyers. Un tri et une préparation en grande partie réalisés par des machines aux capacités exceptionnelles.

On en compte 18 à l’intérieur de ces deux hangars. « On supprime au maximum la manutention », explique Yannick Drapeau, responsable communication du site. On retrouve alors 4 machines de Tri préparatoire (MTP), 3 machines de Tri industriel Grand format (MTI GF), et 11 machines de Tri industriel Petit format (MTI PF). Lors du cheminement d’une lettre, les MTP, longues de 20m, sont les premières à entrer en action. Leur objectif : assurer la ségrégation du courrier (le trier par taille et le redresser), son oblitération (lui apposer un cachet), et son pré-triage (le ranger par zones). « Elles peuvent reconnaître 250 faciales de timbre et la quarantaine de timbres photocopiés que nos clients tentent de faire passer chaque jour », précise le responsable de la communication.

Et si elles sont capables de réaliser 25 000 plis par heure, les MTI GF (70 m de long) et les MTI PF (30,20 m de long) en réalisent respectivement 32 000 et 42 000. Ces deux types de MTI disposent à peu près des mêmes particularités, elles parviennent notamment, grâce à un logiciel national de reconnaissance d’adresse, à répartir le courrier vers des centaines de destinations différentes, et même de les ranger dans l’ordre de la tournée des 5000 facteurs présents sur les zones d’activité de la Plate-forme. Seule grosse différence, le système d’indexation, qui sert à faciliter le tri du courrier par la machine, et qui est uniquement disponible pour les MTI PF.

image

… et des hommes tout aussi importants

Et si 90% des adresses parviennent à être déchiffrées par les machines, les 10% restant nécessitent l’intervention de l’homme et du vidéo-codage (60 consoles sur le site) pour être lues. Yannick Drapeau précise par ailleurs, que les machines ne reconnaissent, ni les virgules, ni les adresses soulignées, et encore moins les adresses erronées. Bien qu’elles soient ultra performantes, ces machines ne peuvent évidemment pas se passer de l’homme, d’où la présence de 900 salariés sur le site.

Différenciés par un code couleur, chacun d’entre eux a un rôle bien précis au sein de cette ville miniature. Si beaucoup sont affectés aux machines, d’autres utilisent leur fenwicks pour se déplacer sur le kilomètre de piste dédié au convoyage du courrier. Attention aux stops, aux ronds point et aux priorités à droite, le code de la route doit, là aussi, être parfaitement respecté pour éviter quelconque accident. Les piétons peuvent profiter de zones qui leurs sont totalement dédiées, et même de passages piétons afin de traverser les « routes ».

Tout est donc mis en oeuvre pour faciliter le travail des salariés. Ces derniers bénéficient notamment de 10 minutes de pause toutes les 45 minutes et de postes de travail ajustables à leur taille, et à leur position de travail, afin de limiter les douleurs liées à la répétition des gestes. Un kiosk de pause, composé de l’air conditionné, d’une bibliothèque et de sièges auto-massants, est aussi mis à leur disposition. La Poste affiche une volonté de traiter au mieux ses employés pour servir au mieux ses clients.

Vous pourrez découvrir la PIC de Wissous lors des visites d’entreprises qui sont réalisées en partenariat avec le Comité départemental du tourisme en Essonne (CDT) et la Chambre de commerce et d’industrie (CCIE) et ce jusqu’à la fin de l’année 2014, dans le cadre de l’opération Entr’Essonne. Vous pouvez également retrouver nos reportages et les dates des prochaines visites sur notre page spéciale.

image