Avec l’approbation par le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) de l’avant-projet du tram-train Massy-Evry, les contours de cette future ligne structurante pour l’Essonne se précisent. Les trajets quotidiens de milliers d’Essonniens seront modifiés.

Réuni jeudi dernier, le conseil du Stif a notamment approuvé l’avant-projet qui porte sur la mise en oeuvre du tram-train Massy-Evry, avec une mise en service prévue à l’horizon 2019. Après l’enquête publique de 2013, plusieurs questions restaient en suspend, notamment le détail du tracé entre Morsang et Savigny (lire notre article). Reste maintenant à boucler le financement des infrastructures et l’achat des rames. Le budget global a en effet bondi de 90 millions d’euros pour s’établir à 525 M€, hors matériel roulant. L’Etat, la Région et le Département devraient se mettre d’accord pour boucler les financements.

Car cette nouvelle ligne doit traverser une bonne partie du nord urbain de l’Essonne, et permettre de relier plus facilement les quartiers d’habitat et zones d’activités d’Evry et son agglomération, Grigny-Viry, Morsang et le sud de Savigny, puis reprendre le tracé de la tangantielle sud (RER C) entre Epinay et Massy. Sur cette partie existante, deux stations seront ajoutées entre Longjumeau et Massy-Palaiseau. Une gare sera installée à Champlan, et une seconde sera située dans la zone de la Bonde à Massy. Au final, Massy sera à environ 38 minutes d’Evry, avec un tram-train toutes les dix minutes en heure de pointe.

Pour les élus locaux, il s’agit là d’une avancée attendue de longue date. « Le projet avance vraiment, nous allons enfin avoir cette ligne qui structurera notre département, 40 000 personnes l’emprunteront chaque jour pour le travail, les études ou les loisirs » note Jérôme Guedj, le président du Conseil général. Avec 20 kilomètres de tracé, 13 communes concernées et 16 gares prévues, le tram-train constituera une liaison centrale en Essonne, en reliant les deux pôles d’Evry et Massy.

Fin de la tangentielle sud

Si les travaux sont prévus pour fin 2015, et une mise en fonction du tram-train qui devrait finalement intervenir en 2019, quelques ajustements pourraient avoir lieu avant la validation définitive. C’est ainsi que dans l’avant-projet ne figure plus la possibilité d’une gare supplémentaire à Savigny, au quartier Grand-Vaux, jusque là « conditionnée » à la fréquentation attendue. Ce que déplore le nouveau maire de la ville Eric Mehlhorn : « il y avait un consensus local pour un arrêt à Grand Vaux, ce quartier a besoin d’être désenclavé, j’ai écrit en ce sens au président de la Région et du Stif » .

D’autres s’interrogent sur les conséquences de cette nouvelle liaison pour les tracés existants, et en particulier la tangantielle sud, qui relie Versailles, Massy, Juvisy et Paris-Austerlitz. Benoit, usager quotidien de Longjumeau, souligne le désagrément à venir pour la liaison Paris : « je devrai changer à Savigny alors que jusqu’à présent nous avons une liaison directe » . « Pourquoi remplacer une ligne existante plutôt que d’en créer une de plus ? » se demande un cheminot. Car le RER C sera remplacé par le tram-train entre Savigny et Massy, avec pour certains des correspondances en plus.

Pour Jérôme Guedj, « l’intérêt général n’est pas la somme des intérêts particuliers » , et de souligner le prolongement de la ligne à Versailles « qui a été acté » . « L’avenir de l’Essonne et de la Région passe par des liaisons banlieue à banlieue, ici avec les pôles de Massy, d’Evry et d’Orly » affirme le président du CG, « et puis le tram-train s’arrêtera au pied du Grand stade de rugby » se réjouit-il. Les élus espèrent désormais que les délais seront respectés, et que le projet ne prenne pas de retard supplémentaire.