Le Barça, le Bayern et l’Inter ne peuvent se cacher dans un groupe de Ligue des champions impitoyable.

Avant le coup d’envoi de ce qui s’annonce comme le groupe le plus difficile de l’Uefa Champions League cette saison, ayez une pensée pour les défenseurs centraux et le gardien de but du Viktoria Plzen, le club tchèque qui est censé faire le poids dans le groupe C.

Les voyages comme ceux-ci sont difficiles, dans le cas de Plzen, un marathon de pré-qualifications qui les a menés à Helsinki, en Moldavie et en Azerbaïdjan. Après avoir atteint l’événement principal, ils se retrouvent rapidement face à Barcelone, au Bayern Munich et à l’Internazionale.

Il y a sept ans, Jindrich Stanek, le gardien des champions tchèques, a été recruté par Hyde United, un club de non-ligue du nord-ouest de l’Angleterre. Il était sur les tablettes d’Everton, un jeune espoir, et ils voulaient qu’il fasse un peu de compétition, alors ils l’ont prêté. Il n’est jamais allé plus loin que le banc d’Everton pendant son séjour sur la Merseyside. Mercredi, il devrait faire ses débuts en Ligue des champions proprement dite, au Camp Nou, probablement face à Robert Lewandowski.

Ce n’est là qu’une des perspectives décourageantes qui s’offrent à Stanek, ainsi qu’à Lukas Hejda et Ludek Pernica, une paire de défenseurs centraux expérimentés dont le partenariat est bien établi, mais qui n’ont qu’une minute d’expérience commune en tant que paire en phase de groupe de la Ligue des champions. C’était en 2018, la dernière fois que le club est allé aussi loin dans la compétition d’élite européenne. Après Lewandowski, on leur demandera probablement de surveiller le Romelu Lukaku de l’Inter, qui devrait être de retour en forme la semaine prochaine, et, lors de la troisième journée, de suivre le rythme du Sadio Mané du Bayern.

Une grande partie de l’intrigue autour de qui terminera aux deux premières places du groupe C se concentre sur cet illustre trio d’avant-centres, tous nouvellement transférés dans un marché estival animé par les mouvements de buteurs de haut niveau. Leur concentration dans un seul mini-championnat de la Ligue des champions signifie que soit le détenteur du prix The Best de la Fifa – meilleur footballeur masculin de 2021 – Lewandowski, soit le footballeur africain de l’année en titre, Mané, soit le joueur pour lequel on a dépensé plus en frais de transfert combinés que n’importe quel autre joueur de l’histoire, Lukaku, ne passeront pas à l’étape suivante.

Lire aussi:  Gabriel Jesus marque un nouveau but lors de la victoire d'Arsenal sur Chelsea en match amical de pré-saison - en images

Tous les trois ont fait des débuts fracassants dans les nouveaux chapitres de leur carrière, même si Lukaku, de retour à l’Inter sous forme de prêt un an après sa vente à Chelsea pour 100 millions d’euros, a rencontré un revers important depuis qu’il a marqué dans les deux minutes de son deuxième début en Serie A pour l’Inter. Un problème musculaire l’a empêché de participer aux deux derniers matches, le dernier en date étant une courte défaite dans le derby milanais, et l’a écarté du onze de départ pour la visite du Bayern à San Siro.

Mane, qui a quitté Liverpool après un fabuleux passage de six ans, a établi un standard si prometteur avec quatre buts lors de ses quatre premiers matchs avec les champions allemands que deux sorties vides lors de matchs nuls successifs en Bundesliga ont déjà provoqué des critiques. L’ancien entraîneur principal du Bayern, Felix Magath, a déclaré à Bild TV : « Le Bayern apprend qu’il n’est pas facile de remplacer Lewandowski, qui était parfaitement adapté à sa façon de jouer. Mane doit s’adapter ».

L’ex-capitaine du Bayern, s’adressant à Gazzetta dello Sporta déclaré : « Mon choix pour remplacer Lewandowski aurait été Lukaku ».

La poursuite déterminée de Barcelone pour Lewandowski, 34 ans, semble pleinement justifiée jusqu’à présent, le Polonais ayant marqué cinq fois en quatre matchs de Liga. Il a l’air d’être le talisman du Barça, qui a beaucoup emprunté pour financer un été chargé en arrivées et en départs. Deux des dernières arrivées, les latéraux Hector Bellerin et Marcos Alonso, ont été dévoilées mardi, tandis que le milieu de terrain Miralem Pjanic s’est envolé pour les Émirats arabes unis en vue de rejoindre Sharjah.

Lire aussi:  Dubaï accueillera le tournoi de qualification pour décider de la dernière place pour la Coupe du monde de rugby

La transformation de l’équipe de Barcelone en l’espace d’un an est frappante. Il y a douze mois, ils ont débuté leur campagne de Champions League avec une ligne d’attaque composée de Memphis Depay et Luuk de Jong. Relégués en Europa League, ils ont été éliminés de cette compétition avec Adama Traore, Pierre-Emerick Aubameyang et Ferran Torres qui ont tenté, en vain, une remontée contre l’Eintracht Frankfurt en quart de finale. De Jong, Aubameyang et Traore sont tous partis.

Depuis le début de la saison, le trio d’attaque préféré de l’entraîneur Xavi est composé d’Ousmane Dembele, de la nouvelle recrue Raphinha et de Lewandowski, qui a largement contribué à déflorer la saison européenne du Barca il y a un an. Il a inscrit un doublé au Camp Nou lors de la première des deux victoires 3-0 du Bayern sur le Barça, qui a relégué ce dernier à la troisième place du groupe, derrière Benfica.

Cette fois-ci, le pedigree combiné des adversaires de la phase de groupe est encore plus fort, estime Xavi.

« C’est le groupe le plus difficile depuis de nombreuses années », a-t-il déclaré. « Nous devons commencer fort contre un Plzen physique et travailleur, qui contre-attaque très bien. C’est un match dangereux pour nous. Je peux rester assis ici et dire que nous avons une super équipe – nous devons aller le montrer. »

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*