A l’occasion du scrutin des Européennes, qui s’est déroulé dimanche dernier, plusieurs problèmes de routage des bulletins de vote et professions de foi ont été constatés dans le département.

Les résultats des élections de dimanche à peine connus, plusieurs mouvements politiques et élus en Essonne se sont exprimés sur l’organisation du scrutin, qui semble selon certains avoir été mal préparé. Professions de foi parvenues à la dernière minute, erreurs sur les tables de vote et même bulletins manquants : plusieurs problèmes qui n’altéreraient cependant pas la sincérité du vote.

A Villejust, plusieurs bulletins manquaient sur les tables de vote à l’ouverture du scrutin, dont ceux du PS et du Front de gauche, rapporte le Parti communiste qui indique que « le problème a été résolu à 11h » . Autre souci soulevé par Nicolas Dupont-Aignan, dont le parti Debout la République présentait ses listes lors de ce scrutin, les envois postaux. « Des habitants de Brunoy ont reçu dans leur enveloppe officielle le bulletin de vote Grand Est (…) en lieu et place du bulletin Île-de-France » s’indigne le député-maire de Yerres.

A Massy, c’est la conseillère municipale et candidate sur la liste PS Hella Kribi-Romdhane qui s’est insurgée contre un vote « tronqué » selon ses mots. En cause, les bulletins de vote de sa liste qui « n’auraient pas été livrés à la ville par l’entreprise de routage » . L’élue s’offusque du fait que plusieurs bureaux de vote « se sont retrouvés pendant plusieurs heures sans aucun bulletin de vote du PS suscitant le mécontentement de nombreux électeurs Massicois » .

« Il a effectivement été constaté dans plusieurs communes, avant la date du dimanche 25 mai, un manque de bulletins de vote à la livraison des colis qui ont été préparés par un prestataire extérieur en charge de ces opérations » ont indiqué à Essonne Info les services préfectoraux. Ceux-ci précisent qu’un « dispositif spécifique » a été mis en place « afin de pallier les insuffisances de bulletins de vote » . La préfecture assure toutefois que « les quantités de bulletins de vote livrées sont toujours supérieures aux besoins réels des communes au regard de leur nombre d’électeurs, ce qui a permis, en l’espèce, de garantir le bon déroulement du scrutin » .