Un canton au coeur des enjeux du Grand Paris. Les habitants du canton d’Orsay auront à choisir entre deux candidats défendant deux conceptions différentes des transports sur le plateau de Saclay.

  • Photo (de gauche à droite) : David Ros (PS), Pierre Bertiaux (PCF) et Raymond Raphael (UMP)

Le canton d’Orsay, qui comprend également la commune de Bures-sur-Yvette est un canton où les chercheurs, travaillant sur le plateau de Saclay, sont nombreux à y vivre. Ce qui influe sur les thématiques de campagne des différents candidats. Elu en 2004, le Conseiller général socialiste, David Ros, enseignant-chercheur, est en charge de la vice-Présidence au développement économique, à  l’innovation, à la recherche et à l’enseignement supérieur au département. Le maire d’Orsay, depuis 2008, sollicitera la confiance de ses administrés, pour un second mandat à l’assemblée départementale.

Deux villes au cœur des problématiques du Grand Paris

Que ce soit la gauche ou la droite, les candidats développent leurs propositions pour améliorer les transports sur les communes de Bures-sur-Yvette et d’Orsay. Soutien sans faille du projet gouvernemental de métro automatique desservant le plateau de Saclay, Raymond Raphael (UMP) estime que les déplacements doivent s’articuler « autour du projet du Grand Paris et de la double boucle ».

A l’inverse, David Ros (PS) estime sur son site, qu’il serait « opportun que l’Etat ne se borne pas à imaginer des projets pharaonique à 20 ans en oubliant les besoins criants et urgents du présent ». Le Conseiller général sortant met l’accent sur la nécessité d’obtenir des aides pour les investissements sur la ligne B du RER.

Nous retrouvons entre ses deux candidats, sur cette question des transports, les mêmes divergences qui peuvent exister entre le gouvernement (Droite) et la majorité régionale (Gauche). Alors que l’UMP souhaite à long terme, le passage d’une ligne de métro automatique, le Parti Socialiste et plus largement la gauche opte pour une solution à moyen terme avec la création d’une ligne de bus en site propre (TCSP) qui pourrait muter plus tard en un tramway. Deux visions, deux candidats.

Une histoire de famille

Que ce soit Raymond Raphael ou encore Pierre Bertiaux, le candidat (PCF) du Front de Gauche, ils sont nombreux à mettre en avant leur histoire familiale pour séduire les électeurs. Le candidat de l’UMP n’hésite pas à parler de son père, un « maire ayant cumulé 5 mandats ». Il a été « élevé dans une famille comptant plusieurs maires et conseillers généraux, marié avec Danielle, ancienne conseillère municipale » d’Orsay. Autant dire qu’il a « baigné toute [son] enfance dans la politique » explique t-il.

De son côté, le candidat communiste pointe ses origines Orcéennes (Ndlr : les habitants d’Orsay) « depuis près de trois génération ». Preuve en est son oncle, Louis Scocard, un résistant dont deux rues portent le nom, à Orsay et Bures-sur-Yvette. Où encore son père, « Maire adjoint lors de la première municipalité de gauche en 1978 » , qui a été « celui qui a démis la municipalité collaborationniste à la libération avec ses camarades FTP » (Ndrl : Francs Tireurs et Partisans, un mouvement de résistance créé en 1941 par la direction du Parti Communiste).

Deux familles, deux cultures, deux candidats. Les électeurs devront élire les 20 et 27 mars, celui qui pour les prochaines années les représentera à l’assemblée départementale. Et sur le canton d’Orsay, il faut croire que les projets comptent autant que les origines des uns comme des autres.

Les candidats déclarés sur le canton d’Orsay

  • Pierre Bertiaux (Front de Gauche – PCF)
    bures.front-de-gauche.fr
  • Pierre Guillermain (Front National)
  • Didier Missenard (Europe Ecologie-Les Verts)
  • Raymond Raphael (UMP – UPE)
    www.raphael2011.fr
  • David Ros (Parti Socialiste)
    Vice-Président du Conseil général de l’Essonne et Maire d’Orsay
    www.ros2011.com