A quelques semaines des élections cantonales, nous vous proposons un tour d’horizon des cantons renouvelables. Aujourd’hui, zoom sur le canton de Massy-Ouest où Marie-Pierre Oprandi (PG) espère « poursuivre en Essonne et à Massy la résistance à la politique de la droite ».

  • Photo (de gauche à Droite) : Marie-Pierre Oprandi (PG), Henry Quaghebeur (UMP) et Guy Bonneau (Europe Ecologie-Les Verts)

Massy-Ouest est à l’évidence un canton test pour le Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon, dont l’ancien sénateur aura été l’élu durant plus de douze ans. La Conseillère générale sortante et vice-Présidente (PG) du Conseil général en charge de l’insertion sociale et professionnelle, appelle les électeurs de Massy à lui confier un second mandat pour, avec le Front de Gauche, continuer « la résistance à la politique de la droite ».

Marie-Pierre Oprandi sera t-elle la victime de l’ambition présidentielle de Jean-Luc Mélenchon ?

Elue en 2004 sous les couleurs du Parti Socialiste, la Conseillère générale devra faire face à une candidature commune des écologistes et des socialistes. Tous les regards seront portés sur ce canton pour savoir si le Parti Gauche, qui renvoi dos à dos le PS et l’UMP – « qu’ils s’en aillent tous ! » clame Jean-Luc Mélenchon – résistera à la candidature de Guy Bonneau (Europe Ecologie-Les Verts) et de sa suppléante Hella Kribi-Romdhane, Conseillère régionale (PS) d’Ile-de-France.

Guy Bonneau se remémore dans son dernier document de campagne, qu’en 1998, il a « contribué au basculement à gauche du département en appuyant au second tour (…) Jean-Luc Mélenchon, alors au PS ». Il en sera également de même en 2004 où il a « contribué au succès de Marie-Pierre Oprandi, à l’époque au PS ». Pour cet ancien Conseiller régional, il est important de garder le Conseil général à gauche et de « renouveler son action avec des élus écologistes ». Tel est son leitmotiv face à Marie-Pierre Oprandi.

L’UMP en embuscade

Sagement et sans rentrer dans cette guerre fratricide, Henry Quaghebeur entre en campagne, faisant le pari de la proximité face aux appareils politiques. « Depuis 16 ans je revendique d’être un élu de terrain, proche des gens et loin des appareils politiques » précise le premier adjoint au Maire de Massy. Un rejet des structures d’appareils qui ne l’empêche pas d’être membre du Parti Radical de Jean-Louis Borloo et soutenu par l’UMP.

Henry Quaghebeur et sa suppléante Tania Hammouche, également adjointe au Maire de Massy, font « campagne pour que l’Essonne soit réellement gérée et qu’elle progresse, mais aussi pour que Massy soit mieux défendu ». Et comme preuve, les deux élus de la majorité présidentielle mettent en avant le bilan de la droite, aux commandes de la ville de Massy.

Les candidats déclarés sur le canton de Massy-Ouest