Les libéraux du Québec ont publié un programme chiffré promettant 41 milliards de dollars de dépenses.

MONTRÉAL – Le Parti libéral du Québec a publié une ventilation chiffrée de ses promesses électorales, qui comprend 41 milliards de dollars de dépenses sur cinq ans.

Le parti estime que le déficit annuel serait en moyenne de 5 milliards de dollars, après les contributions obligatoires à un fonds pour réduire la dette de la province.

Le parti prévoit que la dette nette augmenterait d’un total de 5 milliards de dollars par rapport aux prévisions fournies par le vérificateur général en août, avant le début de la campagne électorale.

Les libéraux comptent payer leurs promesses en partie grâce à des revenus supplémentaires de 10 milliards de dollars. Le parti prévoit également que les recettes versées au fonds de réduction de la dette continueront d’augmenter, tout comme les recettes provenant des impôts et d’autres sources.

La promesse la plus coûteuse est une réduction de 12 milliards de dollars de l’impôt sur le revenu, suivie d’une allocation de 10 milliards de dollars aux personnes âgées.

Les libéraux comptent augmenter les revenus en s’attaquant au travail non déclaré et aux paradis fiscaux. Le parti prévoit également d’instaurer plusieurs nouvelles taxes, notamment un impôt sur la fortune, une taxe sur les immeubles vacants et une autre sur les géants du Web.

La plupart des chefs de partis québécois passent la journée de dimanche dans la grande région de Montréal, alors que la campagne électorale provinciale entre dans sa deuxième semaine.

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, a commencé sa journée dans une circonscription détenue par les libéraux à Laval, où il a poursuivi sa série de promesses en matière de santé en s’engageant à mettre en place des services d’hospitalisation à domicile s’il est réélu.

Lire aussi:  La police du Québec recherche un homme porté disparu après que son véhicule a été emporté par les eaux au Saguenay

M. Legault a déclaré dimanche que des centaines de patients hospitalisés chaque année pourraient être transférés chez eux, où ils pourraient continuer à être suivis par une combinaison de télémédecine et de visites en personne de travailleurs de la santé.

Il a déclaré aux journalistes que le service pourrait être mis en place à partir de la fin de 2023 pour les patients qui y consentent et qui répondent à des critères stricts, notamment vivre à une certaine distance d’un hôpital et avoir l’aide d’un soignant.

Québec solidaire a dévoilé sa plateforme environnementale, incluant un plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 55 % par rapport aux niveaux de 1990 d’ici 2030.

Le Parti Québécois, quant à lui, se concentre sur les questions de travail, notamment en promettant d’augmenter progressivement le salaire minimum de la province à 18 $ de l’heure.

Ce reportage de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 4 septembre 2022.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*