Élections au Québec : Le Parti Québécois, autrefois une force majeure, risque de terminer avec un seul siège.

MONTRÉAL – Alors que le chef du Parti Québécois, Paul St-Pierre Plamondon, lançait la campagne électorale de son parti, il a décrit ses candidats comme une « équipe Cendrillon » qui irait plus loin que les gens ne s’y attendent.

C’était une reconnaissance de la faiblesse des attentes à l’égard du PQ.

Autrefois la voix d’une génération de souverainistes québécois, le PQ est en dernière position parmi les cinq principaux partis et les sondeurs prévoient qu’il ne gagnera qu’un seul siège aux élections du 3 octobre : la circonscription de Matane-Matapédia, sur la rive inférieure du fleuve Saint-Laurent.

« Le Parti Québécois pourrait se retrouver avec un siège à l’Assemblée législative », a déclaré Valérie-Anne Mahéo, professeure de sciences politiques à l’Université Laval, lors d’une récente entrevue.

« Cela soulèverait de sérieuses questions sur son avenir et sur la possibilité qu’il continue à être la voie politique du mouvement souverainiste et, je dirais, une alternative viable pour gouverner le Québec. »

Mahéo et d’autres analystes politiques disent que le PQ a eu du mal à se distinguer dans un paysage politique de plus en plus encombré où d’autres questions – comme les soins de santé, l’environnement et l’économie – ont éclipsé le débat sur l’indépendance. Le déclin du parti est également le reflet d’une politique québécoise de plus en plus « normale », selon elle, centrée sur un clivage gauche-droite plutôt que sur la question de la souveraineté du Québec.

De nombreux anciens électeurs péquistes ont rejoint la Coalition Avenir Québec de François Legault, un parti de centre-droit qui promet de défendre la langue et la culture des Québécois, mais de le faire au sein du Canada. D’autres électeurs péquistes, quant à eux, ont choisi Québec solidaire, un parti nominalement souverainiste qui se concentre davantage sur des questions telles que l’environnement et le logement abordable, a déclaré M. Mahéo.

Lors de la dernière élection de la province, en 2018, environ 41 % des personnes qui avaient voté pour le PQ quatre ans plus tôt ont plutôt choisi l’un de ces deux partis, a-t-elle dit, ajoutant que les deux tiers de ces électeurs ont soutenu la CAQ. La dernière élection a été la première fois que le PQ a reçu moins de 20 pour cent du vote populaire depuis la fondation du parti à la fin des années 60 et a été la deuxième élection depuis 1973 qui n’a pas permis au PQ de former le gouvernement ou l’opposition officielle.

Lire aussi:  Hors de contrôle : Des politiciens québécois font l'objet d'intimidations répétées en campagne électorale

S’il est élu, St-Pierre Plamondon a promis d’organiser un référendum sur l’indépendance au cours de son premier mandat, d’empêcher les non-anglophones de fréquenter les collèges anglophones et de veiller à ce que tous les immigrants économiques parlent français avant d’arriver au Québec. Il a également rejeté les réductions d’impôt sur le revenu – promises par la CAQ, les libéraux et les conservateurs – afin de maintenir le financement des services publics.

« Nous faisons campagne sur l’espoir », a déclaré St-Pierre Plamondon lors d’une récente interview. « Nous pensons que l’avenir de la langue française en Amérique du Nord, notre droit de décider pour nous-mêmes démocratiquement et l’avenir de l’environnement sont des sujets fondamentaux. »

St-Pierre Plamondon, qui n’a jamais occupé de siège à l’assemblée législative, a déclaré que le succès du PQ en octobre signifie faire grandir le parti et surprendre les gens.

« Je suis dans la position de l’outsider et je suis très à l’aise dans cette position, c’est quelque chose que j’ai déjà expérimenté », a-t-il dit.

Il a ajouté que lorsqu’il s’est lancé dans la course à la direction du PQ en 2020 – sa deuxième tentative pour diriger le parti – il obtenait un taux de sondage de cinq pour cent. Il a ensuite gagné au deuxième tour de scrutin avec 56 %.

Le PQ a peu d’options pour cette campagne électorale autre que de se concentrer sur la souveraineté du Québec, a déclaré Philippe J. Fournier, qui dirige le site Web d’agrégation de sondages QC125.com.

 » C’est absolument la bonne stratégie. Cela va contrarier une majorité de Québécois, mais ils ne cherchent pas à plaire à la majorité des Québécois, ils veulent juste que les souverainistes reviennent dans leur giron », a déclaré Fournier.

Lire aussi:  La pression est retombée sur le CF Montréal alors que la position pour les séries éliminatoires de la MLS est pratiquement assurée.

« Même si cela semble un peu désespéré, c’est la bonne stratégie car c’est ce qui les définit ».

Sylvain Roy, un ancien député péquiste qui a été élu en 2012 et a choisi de siéger comme indépendant en 2021, a dit qu’il pense que le fait de se concentrer sur la souveraineté pendant la campagne va probablement consolider la base du PQ, mais qu’il est peu probable que cela gagne d’autres électeurs.

Le PQ a déjà vu les électeurs comme des citoyens à engager dans un projet de société, mais maintenant, le parti apprécie les électeurs comme des consommateurs à qui on vend un produit, a-t-il déploré.

M. Roy, qui ne se représente pas aux élections, a déclaré que le parti a également perdu le contact avec les questions qui comptent dans des endroits comme la Gaspésie, où se trouve sa circonscription de Bonaventure. Pour les pêcheurs de sa circonscription, l’obtention du contrôle du gouvernement fédéral sur les bancs où sont récoltés les mollusques est plus importante que la politique linguistique.

« C’est très folklorique pour quelqu’un de Montréal, mais pour les gens de chez nous, c’est un problème « , a-t-il dit.

Pour M. Roy, la stratégie du PQ semble être d’espérer que les autres partis se trompent.

« Le PQ était à une époque un parti qui inspirait beaucoup d’espoir et inversement proportionnel à l’espoir qu’il inspirait, il inspirait aussi beaucoup de mécontentement par les décisions qu’il prenait lorsqu’il était au pouvoir », a-t-il dit. « Les attentes étaient élevées et la marchandise n’a pas été livrée sur toutes sortes de choses ».

Ce reportage de la EssonneInfo a été publié pour la première fois le 4 septembre 2022.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*