Essonne Nature Environnement (ENE) vient de dévoiler un pacte environnemental qui doit être présenté à tous les candidats aux élections municipales. Le but étant de remettre la question de l’environnement au centre des préoccupations des programmes électoraux.

Dans moins de quatre semaines, les Essonniens de plus de 18 ans seront conviés à aller exercer l’un de leurs devoirs de citoyen : voter. Le 23 mars donc se dérouleront les élections municipales. Les candidats entrent ainsi dans la dernière ligne droite. Si certains s’activent à boucler leur équipe avant le dépôt final des listes en Préfecture fixé au jeudi 6 mars, d’autres candidats se penchent encore sur la composition de leur programme électoral. Les prétendants aux mairies mèneront ainsi campagne sur plusieurs thématiques comme l’urbanisme, l’emploi, la fiscalité, la sécurité ou encore sur la question de l’éducation avec la réforme scolaire. Bref, ils s’appuieront sur des thématiques propres à leur commune. Seulement, l’union départementale des associations de défense de la nature de l’Essonne, Essonne Nature Environnement (ENE), vient de proposer à l’ensemble des candidats des 196 communes du département un pacte environnemental commun.

Ce pacte qui se structure autour de douze thématiques comme la biodiversité, l’eau et l’assainissement, l’éducation à l’environnement ou encore les transports ou l’énergie, se décline en 34 propositions concrètes. Avec des mesures comme le fait de « privilégier l’achat de matériaux recyclés pour les besoins de la commune » ou de « protéger les terres agricoles », le but de ce pacte « n’est pas de donner des leçons aux élus, mais d’apporter des conseils », précise Denis Mazodier, président d’ENE. « Nous avons fait ce pacte à la mi-février dans une logique très pragmatique ». ENE, qui est un acteur important dans le département et qui représente notamment toutes les associations de la nature dans les commissions départementales, souhaite par ce dossier « remettre l’environnement au centre des préoccupations des candidats » en vue des élections municipales. « Nous avons constaté que l’environnement n’est pas totalement au centre des préoccupations des candidats aujourd’hui, déplore Denis Mazodier. Nous voulions leur rappeler un certain nombre de priorités, car c’est la qualité de vie qui est en jeu. Il y a beaucoup de choses qui peuvent être réglées au niveau local ».

« Tous les candidats seront approchés »

Donc, l’ENE a choisi de porter l’idée d’un pacte environnemental municipal qui sera présenté à l’ensemble des candidats du département. La présentation de cet ensemble de mesures se fera « grâce aux 54 associations adhérentes de l’ENE. Elles quadrillent toute l’Essonne et elles viendront prendre contact avec les candidats pour leur proposer ce pacte et qui peuvent adapter ce programme selon en fonction des considérations locales » assure le président de l’union départementale. Assurant que ces propositions peuvent s’appliquer à l’ensemble des villes, quelle que soit leur taille, l’ENE espère que le pacte sera ratifié par de nombreux candidats et qu’il sera appliqué par tous les signataires qui auront remporté les élections.

Ce programme rappelle ainsi fortement le pacte écologique que Nicolas Hulot avait fait signer à chaque candidat en vue des scrutins présidentiels de 2007. Depuis sa présentation le 7 février dernier, le pacte environnemental municipal vient seulement de commencer à être exposé aux candidats. « Avant de vraiment nous lancer dans la présentation du contenu, nous attendions qu’il y ait plus de listes déclarées. À ce jour peu sont connues, en particulier dans les petites communes », résume Denis Mazodier.

Pour l’instant, deux candidates ont pris le choix de signer ce document. Il s’agit de la candidate frontiste de Savigny-sur-Orge, Audrey Guibert et de Brigitte Vermillet de Morangis.

Cependant, certaines têtes de liste se sont exprimées sur ce pacte et ne le signeront pas, à l’image d’Olivier Vagneux. Le Savinien affirme être « en adéquation avec la très grande majorité de ces mesures, mais ne ratifiera pas ce pacte pour plusieurs raisons ». Appréciant cette démarche, la liste Vivons Savigny Autrement rappelle avoir déjà refusé de signer « toutes les propositions qui ne soient pas strictement locales », à l’image du pacte de la Manif pour tous.

Il reste donc encore quelques jours pour que ce pacte soit signé par un « maximum de candidats », répète le président de l’ENE, Denis Mazodier.